GMEM Marseille

MATINS SONNANTS

dim. 9 déc. 2018
11h

Concert


Opéra de Marseille
(Foyer Ernest Reyer)

Raphaële Kennedy

Écrire la nuit

Raphaële Kennedy — GMEM Marseille
Isabelle Francaix

Dans ce programme aux textes éclectiques, la voix porte le désir qu’ont les artistes d’écrire la nuit, leur nuit.
La musique astrale de Loïse Bulot entraîne dans le rêve. Elle accompagne Emily Dickinson pour qui l’obscurité est toujours nécessaire et libératrice ; elle répond au monde intérieur de Kaija Saariaho et à l’amour éthéré vécu par-delà la distance du troubadour Jaufré Rudel ; elle s’oppose aux gestes sonores dynamiques de Philippe Leroux et à l’expression brûlante des ténèbres et de la lumière d’Edmond Jabès.

LONH, 1996
Kaija Saariaho
Le titre Lonh, qui signifie « lointain » ou « distant », provient de la langue occitane médiévale dans laquelle le texte est chanté. Ce texte, très connu des spécialistes de la poésie médiévale et attribué au troubadour Jaufré Rudel, a pour sujet un amour vécu par-delà la distance. La forme de la pièce se fonde librement sur celle du poème et est divisée en neuf sections. La partie de soprano exprime elle aussi assez librement le poème de Jaufré Rudel. Il en résulte une sorte de collage, conservant toutefois certaines symétries et répétitions du poème original.
Durée : 16’

JE BRÛLE, DIT-ELLE UN JOUR À UN CAMARADE, 1990
Philippe Leroux
« C’est un hommage à Edmond Jabès. Cette pièce utilise les textes de l’écrivain issus de Livre des questions, Je bâtis ma demeure et Un étranger avec, sous le bras, un livre de petit format. Dans l’écriture de Jabès, puisant aux sources profondes de la culture hébraïque, on trouve une relation essentielle entre le mot, le son et le geste. Car cette parole enracinée dans la musique synagogale qu’il appelait lui-même « La musique », est reliée étroitement au geste « liturgique ». C’est pourquoi je me suis efforcé d’exprimer ici tous les rapports entre les sons, sous forme de gestes sonores en m’attachant à conserver une parfaite compréhensibilité au texte. » – Philippe Leroux
Durée : 12’

SOLSTICE, 2016
Loïse Bulot
Pièce pour voix et électronique
D’après les poèmes d’Emily Dickinson « Car l’adieu, c’est la nuit »
« I see thee better – in the dark –
I do not need a light
What need of day to those whose dark
Hath so surpassing sun? »
Durée : 11’15

NOCTILUCA, 2017
Loïse Bulot
Noctiluca est le nom d’une algue luminescente. Cette pièce s’inscrit dans la continuité d’une recherche autour de la lumière, d’évocations du vivant, d’univers microscopiques – à la fois étranges et magiques. La pièce se développe en cinq miniatures : circulation, dialogue, descente, remontée, suspension.
Durée : 10’

TARIF


6€ tarif unique

DURÉE


1h

AVEC


Raphaële Kennedy

soprano

ŒUVRES DE

Kaija Saariaho

« Lonh » 1996

Loïse Bulot

« Noctiluca » 2017

« Solstice »

Création 2018

Philippe Leroux

« Je brûle, dit-elle un jour à un camarade » 1990

À TÉLÉCHARGER

> Programme de salle

> Carte postale

EN SAVOIR +

> Raphaële Kennedy

DANS LE CADRE DES MATINS SONNANTS
EN COPRODUCTION AVEC L’OPÉRA DE MARSEILLE

Raphaële Kennedy

Interprète soliste et polyphoniste reconnue de musique ancienne auprès de Jordi Savall, François Lazarevitch et les Musiciens de Saint-Julien, Jean-Marc Aymes et Concerto soave, Guido Balestracci et l’Amoroso, Jean Tubéry et la Fenice, au sein d’A Sei Voci, de l’ensemble européen William Byrd, des Paladins, du Poème Harmonique, des Demoiselles de Saint-Cyr,… Raphaële Kennedy apparaît dans les grands festivals dédiés à ce répertoire.
Elle est aujourd’hui également une référence en création contemporaine, dédicataire de nombreuses œuvres et travaillant en étroite relation avec les compositeurs Kaija Saariaho, Philippe Leroux, Robert Pascal, Jean-Baptiste Barrière, Mauro Lanza, Gianvincenzo Cresta, Matteo Franceschini, Ben Foskett, Vincent Trollet, Loïse Bulot et Pierre-Adrien Charpy. Elle se produit dans des salles et festivals de notoriété internationale comme Carnegie Hall et Miller Theatre à New York, CCRMA-Stanford, UC Los Angeles Center for the Art of Performance, UC Berkeley, Lucerne Festival, Salzburger Festspiele, Integra Copenhagen, Musica Strasbourg, Présences de Radio France, Agora et Manifeste de l’IRCAM-Paris, les Musiques du GMEM-Marseille, Manca du CIRM-Nice, Angers-Nantes Opéra
Spécialiste du récital pour voix seule et électronique, elle est également artiste invitée des ensembles TM+ (direction Laurent Cuniot), Multilatérale et Les Métaboles (direction Léo Warynski), Regards (direction Julien Bénéteau) et membre des Solistes XXI (direction Rachid Safir et Christophe Grapperon).
Elle assure la direction artistique de Da Pacem, ensemble de solistes spécialisé dans la musique ancienne, la création contemporaine et le dialogue des cultures fondé avec le compositeur Pierre-Adrien Charpy, dont les membres et partenaires Sylvie Moquet, Marianne Muller, Virginie Descharmes, Stéphanie Paulet, Yannick Varlet, Jean-Luc Ho, Marine Sablonnière, Julien Lucchi, Claire Antonini, André Henrich, Anne Magouët, Vincent Bouchot, Isabelle Deproit, Geoffroy Buffière, Moussa Héma, Camilla Hoitenga, Serge Bertocchi, Valérie Dulac, Marylise Florid, Anne Etienvre, Jean-Jacques Bédikian sont devenus au fil du temps ses compagnons de route. C’est dans ce cadre – du duo jusqu’au petit ensemble – qu’elle appuie librement son travail sur la sensualité, la théâtralité et la rhétorique. Elle privilégie ainsi la pureté d’émission, la justesse de ton et le geste déclamatoire qui fait de la musique l’amplification de la parole.
Elle a réalisé plus d’une trentaine d’enregistrements discographiques, parmi lesquels ceux de Da Pacem unanimement salués par la critique.
Elle fonde en 2016 avec le compositeur Pierre-Adrien Charpy et la photographe vidéaste Isabelle Françaix la collection musicale et visuelle Avec du label Cypres, qui développe une collaboration où la musique et l’image s’articulent dans un espace commun ouvert à la métamorphose. Les trois artistes proposent des chemins d’écoute hors des territoires connus, le long d’itinéraires balisés par les mots de Didier Lamare.

www.raphaelekennedy.com

LIEU

Opéra de Marseille

(Foyer Ernest Reyer) 2, Rue Molière
13001 Marseille


ACCÈS

Métro 1 : Vieux-Port
Tramway 3 : Rome Davso