GMEM Marseille

sam. 13 mai 2017
14h à 17h

Installation


dispositif sonore

Friche La Belle de Mai – Le Module

Thierry Madiot, Yanik Miossec

Phonoscopie

Thierry Madiot, Yanik Miossec — GMEM Marseille
© CELINE FERNBACH
Thierry Madiot, Yanik Miossec — GMEM Marseille
© Hrvoje Goluza
Thierry Madiot, Yanik Miossec — GMEM Marseille
© Celine Fernbach

Véritable expérience sensorielle d’une quinzaine de minutes, entre massages sonores et mini-concert sur acousmonium de poche,  « Phonoscopie » est un projet centré sur l’écoute, un dispositif immersif pour six auditeurs, une installation instrumentale activée par deux interprètes-luthiers, désireux de proposer un rapport d’écoute allant du très intime au très lointain en passant par le local. Ce projet s’appuie sur une pratique commune de Thierry Madiot et Yanik Miossec, celle des Massages Sonores qu’ils réalisent depuis plus de dix ans. Originellement, les Massages Sonores sont une manière d’interroger les musiques concrètes et électro-acoustiques en utilisant uniquement des objets sonores, sans aucun intermédiaire technologique, une musique des objets qui dépasse justement le cadre de la musique et s’évade vers l’expérience sensorielle et auditive.

En 2016, Jean-Philippe Gross compose la pièce « Sécante ». À l’expérience d’écoute se mèlent la précision de l’écriture du compositeur, et l’inventivité, la dextérité en matière de détournement d’objets de Thierry Madiot et Yanik Miossec.

Ce véritable mini-concert acousmatique d’environ dix minutes s’affranchit du rapport savant à l’art : la connaissance de l’histoire et des techniques de la musique ne sont plus d’aucune utilité. Ni tout à fait concert, ni tout à fait performance, le projet dépasse le cadre esthétique des musiques expérimentales et s’adresse à tous les publics.

Thierry Madiot

• Respirateur s’appuyant sur le souffle et le vent, découvreur de matériaux sonores et collectionneur d’objets, tromboniste basse sillonnant vivement les sons contemporains, il articule le temps musical par une incessante transgression avec un vrai sens d’improvisation.
• Il crée les Massages Sonores en 2000 et développe de multiples déclinaisons qui se déploient internationalement.
• trouve en 1999 une méthode pour fabriquer de longues trompes télescopiques en matière plastique. Elles seront la base du travail avec le groupe Ziph qu’il fonde avec le collectif « Le Crime » (Muzzix à Lille) et plus récement du quartet Wabla ou des installations sonores, « I am a breather », « You are the listener » (un compresseur d’air servant de force active).
• reçoit une commande l’état en 2009 pour la composition destinée à la chorégraphie L’art de la guerre
• est lauréat du programme Hors les Murs 2012 de l’Institut Français dans le but d’écouter les geysers en Islande et à Yellowstone aux États Unis.
• est artiste associé 2012/2013 de Lutherie Urbaine à Bagnolet
• interpréte régulièrement la musique des autres, essentiellement en ce moment avec l’ensemble Dedalus de Didier Aschour autour des musiques minimalistes, avec l’ensemble Pitches qu’il crée avec le quatuor à cordes (Michael Nick, Cyprien Busolini, Deborah Walker et Irène Lecocq) et plus précédement avec le quatuor Helios, l’ensemble Hiatus, sur des musiques de John Cage, Jodlovski, Alvin Lucier, Dieter Schnebel, Phill Niblock, Christian Wolff, Tom Johnson, Wandelweiser, Pascale Criton, Luc Ferrari, Rzewski…) dont des créations de Vinko Globokar, Gualtiero Dazzi, Malcolm Goldstein, JC Feldhandler, Jennifer Walshe, Roland Dahinden, Hauke Harder…
• s’aventure depuis 20 ans en duo avec son compère Alfred Spirli, hors de la scène souvent en plein air pour trouver des situations inusitées.
• Après une formation en composition électro acoustique au CNR de Nantes et l’achat en 1986 d’un Apple IIE, il a collaboré avec Kamal Hamadache, Suguru Goto, Alain Mahé, Guillaume Loizillon, Christian Sebille ou Frédéric Acquaviva dans les domaines électroacoustiques et sur le projet Going Publik de performance-concert avec partition en temps réel interagissant en fonction des déplacements d’Art Clay (collaborateur à ETH de Zurich, organisateur des Digital Art Week) en 2003 et 2004.
• Cultive des espaces d’expérimentations tels: Topophonie (1999-2005) avec Sophie Agnel, Hélène Breschand, Théo Jarrier… ou la revue en directe Informo (Devoyer, Pos et Latence manifeste) ou il y a deux décennies l’Astrolab avec Noël Akchoté.
• Privilégie pendant ces 30 ans de pratiques sonores intensives, le réel aux enregistrements et a cultivé entre autre une relation privilégiée avec l’actante Li-Ping Ting (1997-2008) en se confrontant souvent à d’autres formes artistiques notamment corporelles et relationnelles (In-Ouïr, Action 99, Actions simultanées…) ou poétiques avec Esther Ferrer… ainsi que la danse Felix Rückert, Aurore Gruel, Olivia Grandville…
• Organise de 2004 à 2008 avec Inouïr, le festival interdisciplinaire Ça vaut jamais le réel.
• Anime des ateliers pédagogiques (Cnr, Cefedem, Cfmi, Institut des jeunes aveugles, Cnsmd de Lyon, Iufm, lycées agricoles, Lutherie urbaine…)
• traverse toutes sortes de lieux, des scènes nationales (« Le Quartz », Théâtre de Saint Quentin en Yvelines, le Vivat, Le Manège de Reims, CCN de Tours, Montpellier…) en passant par les festivals de l’Afijma ou les lieux d’art contemporain tels Fondation Cartier à Paris, Tent à Rotterdam (Festival international du cinéma) ou Audio Frames, Lille 2004, Lille 3000, Beaux Arts de Metz, Frac Lorraine, STUK, de Taiwan aux Pays-Bas, Liban, Suisse, Allemagne, Espagne, Finlande, Angleterre, Belgique, Italie, Usa …
• Artiste central des scènes improvisées, il a a collaboré avec un très grand nombre d’improvisateurs d’Europe et d’ailleurs.

Yanik Miossec

• pratique la musique essentiellement en autodidacte (clarinette, objets amplifiés ou non, instruments divers détournés) avant tout intéressé par l’expérimentation et l’improvisation musicale, fonde en 1998 avec d’autres musiciens lillois, le Crime (Centre Régional d’Improvisation et de Musique Expérimentale) qui fusionne en 2010 avec Circum, pour devenir Muzzix, collectif d’une trentaine de musiciens. L’activité de Muzzix concerne essentiellement la création musicale dans des domaines allant du jazz à la musique expérimentale, la diffusion et la sensibilisation auprès de différents publics. Le collectif est en résidence à la Rose des Vents, scène nationale de la métropole lilloise et emploie 3 permanents.
• responsable artistique du Crime puis en duo avec Peter Orins de Muzzix et programmateur du festival du Crime/Muzzix entre 2001 et 2011, il organise depuis 15 ans des concerts de musiciens expérimentateurs, improvisateurs du monde entier à la Malterie (Lille) et la métropole.
• participe en tant que musicien à plusieurs projets au sein du Crime/Muzzix, en particulier :
> comme clarinettiste de la Pieuvre, grand orchestre d’improvisation dirigée et d’expérimentation qu’il co-fonde en 1998 (direction confiée à Olivier Benoit / 2 CD sortis sur le label Helix/Circum disc).
> plusieurs formations, sous le nom de Gordon Pym, dans lesquels il utilise un dispositif électronique basé sur l’amplification d’objets (Optronic (5tet) / IMAO / Cucumber w / Ombre_ext / Signal Box)
• travaille régulièrement depuis 10 ans des pièces de John Cage qu’il présente sur différentes scènes lilloises. Autour du duo qu’il forme avec la pianiste Barbara Dang depuis 2012 et une formation à géométrie variable, ils élargissent le répertoire à d’autres compositeurs (Christian Wolff, Tom Johnson…).
• se produit régulièrement avec Thierry Madiot depuis 1999 autour de deux axes de projets:
> les trompes avec les groupes Ziph (2001-2010, CD sorti en 2011 sur le Label Prele) et le quartet Wabla avec Christian Pruvost et David Bausseron, depuis 2012.
> les Massages sonores qu’il a contribué à faire évoluer dans plusieurs directions impliquant des rapports différents à l’auditeur, et l’utilisation de matériels différents (notamment la voix, les sons langagiers, etc).
• a conçu l’installation interactive « Photographies à Entendre » en 2011 en collaboration avec Philippe Lenglet (photographies) et Antoine Rousseau (programmation pure data).
• s’est produit, sous des pseudonymes variables sur Paris, Montreuil sous bois (Instants Chavirés), Metz (Fragments), Carré Bleu (Poitiers), Petit Faucheux (Tours), Londres, Bruxelles et festivals (Musique Action (Vandoeuvre les Nancy, Luisances sonores (Brest), Les Chants Mécaniques (Lille), Piano Festival (Lille), Jazz à Mulhouse … et quasiment toutes les scènes de la métropole lilloise (la Malterie, Aéronef, Tri Postal …)
• anime depuis peu, seul ou en duo, des ateliers pour enfants.
• participe activement à la création du Pole des arts sonores et arts de la rue qui verra le jour en 2014 à Lille-Hellemmes.
• est par ailleurs maître de conférence à l’Université de Lille 3.

Phonoscopie © Sonic Protest
Extrait de « Sécante », de Jean-Philippe Gross (2016)

LIEU

Friche La Belle de Mai – Le Module
gmem-CNCM-marseille
41, Rue Jobin
13003 Marseille


ACCÈS

Entrée 1 (piétons uniquement) :
41 rue Jobin - 13003 Marseille
Entrée 2 (piétons, livraisons
et parking restreint) :
12 rue François Simon - 13003 Marseille

> Bus Ligne 49 ou 52 : Belle de Mai La Friche
> Bus de nuit : Ligne 582 : Belle de Mai La Friche
départ de La Friche vers les 5 Avenues
à 21h45, 22h20, 23h10, 23h45, 0h30, 1h05

> Borne Vélo : 3321 Rue Jobin

> Tramway à 10 min à pied : Ligne 2 Longchamp

TARIF


ENTRÉE LIBRE

Nombre de places limité


Séance toutes les 1/2 heures
Réservation sur place

DURÉE


30'

AVEC


Thierry Madiot

musicien concepteur

Yanik Miossec

musicien concepteur

ŒUVRE DE

Jean-Philippe Gross

« Sécante » 2016

UNE COPRODUCTION SONIC PROTEST - MUZZIX - LA GAITÉ LYRIQUE
AVEC LE SOUTIEN DU DICRÉAM ET DE LA DRAC ÎLE-DE-FRANCE