GMEM Marseille

MATINS SONNANTS

dim. 14 mai 2017
11h

Concert


pour voix et ensemble instrumental

Opéra de Marseille
(Foyer Ernest Reyer)

Ensemble C Barré, Nicholas Isherwood

Yamaon, le retour

Création
2017
Création — GMEM Marseille
Ensemble C Barré, Nicholas Isherwood — GMEM Marseille
Photo : François Guéry
Ensemble C Barré, Nicholas Isherwood — GMEM Marseille
Photo : François Guéry

C’est un plongeon au cœur de la Mésopotamie antique où le prophète Yamaon, imaginé par Giacinto Scelsi, « prophétise au peuple la conquête et la destruction de la ville d’Ur ».
Incarné par une puissante voix de basse, ce personnage haut en couleur est exalté par des transes saisissantes. Il profère des oracles en ougaritique et autres langues fantasmées par trois compositeurs italien, palestinien et libanais.

C’est un voyage à la rencontre des divinités mythologiques Marduk et Anat, soutenu par C Barré alors transfiguré en ensemble aux sonorités antiques accompagnant quelque rituel sacré.
Yamaon  alterne entre récits implacables de désolation et incantations destinées à anéantir la noirceur du monde d’alors, curieusement semblable à celui d’aujourd’hui.

Pour ce concert, l’ensemble C Barré sera composé de :
Joël Versavaud, saxophones ; Cédric Carceles, saxophones ; Matthias Champon, trompette ; Médéric Debacq, basson/contrebasson ; Élodie Soulard, accordéon ; René Lagos Diaz, guitare/cithare ; Célia Perrard, harpe ; Michaël Chanu, contrebasse ; Claudio Bettinelli, percussions

C Barré

C Barré, ensemble instrumental constitué et dirigé par Sébastien Boin, est avant tout le fruit d’une rencontre entre 12 musiciens. Ce groupe singulier, actuellement associé au gmem-CNCM-marseille, est formé de personnalités riches, passionnées et profondément investies dans la création et la diffusion du répertoire contemporain. La prédominance des cordes pincées, ainsi que d’instruments dont l’usage n’était qu’exceptionnel il y a encore peu, confère à l’ensemble une personnalité bien distincte au sein du paysage musical d’aujourd’hui. A travers leur dynamisme et soif d’expérimentation, les musiciens apportent leurs propres ressources comme la pratique de l’improvisation ou d’autres styles musicaux savants ou populaires.
Implanté à Marseille, qui est à la fois le premier port et la plus ancienne ville de France, il est aisé de remarquer l’attachement régulier de C Barré envers les compositeurs issus du bassin méditerranéen.
Désireux de partager la musique d’aujourd’hui avec le plus grand nombre, l’ensemble se consacre à la formation des jeunes publics, essentiels au développement de la musique contemporaine.
Ces dernières années C Barré s’est notamment produit à la Philharmonie de Paris, au Festival d’Île de France, à Radio France, au Festival Les Musiques, au Festival de Marseille, au Grand Théâtre de Provence… avec des chorégraphes et compagnies de danse tels que Michel Kelemenis, le Nederlands Dans Theater et Bill T. Jones / Arnie Zane Dance Company New York.
La Caisse des dépôts est le principal mécène de l’Ensemble C Barré.

Sébastien Boin

Sébastien Boin fait partie de cette nouvelle génération de chefs férus de création musicale qui ont vigoureusement forgé leur propre ensemble à leur image. Ainsi est né l’ensemble instrumental C Barré consacré à la création musicale, avec lequel il expérimente la double responsabilité de direction artistique et de direction musicale.
Épris de musiques tant instrumentales que vocales, dont il estime que les pratiques sont naturellement complémentaires, il entretient un double parcours de chef d’orchestre et de chef de chœur. Il est régulièrement invité à diriger le Chœur de Radio France, l’orchestre régional d’Avignon-Provence, l’orchestre régional de Basse Normandie et l’Orchestre Symphonique d’Aix-Marseille Université dont il assure la direction musicale et artistique depuis 2015.
Par ailleurs, il est invité par le Festival d’Aix à diriger l’opéra Svadba d’Ana Sokolovic lors d’une tournée internationale de trois ans à compter de 2016.

Nicholas Isherwood

Nicholas Isherwood, franco-américain, a suivi des études musicales, littéraires et théâtrales à Oberlin College (B.M., B.A.), The Actors Centre de Londres, et l’Ecole des Hautes Etudes (D.E.A.). Artiste éclectique, Isherwood a chanté la musique médiévale avec Joel Cohen, la musique baroque avec William Christie,  la « Flûte Enchantée »   de Mozart à la Salle Pleyel, les « Maîtres Chanteurs » de Wagner avec Zubin Mehta, plusieurs créations de Karlheinz Stockhausen et une soirée dans un club de jazz à New York avec Steve Lacy.
Son intérêt pour la musique d’aujourd’hui l’a porté à collaborer avec des compositeurs tels que Sylvano Bussotti, Elliot Carter, George Crumb, Mauricio Kagel, György Kurtág, Olivier Messiaen, Giacinto Scelsi, Karlheinz Stockhausen, et Iannis Xenakis.
Isherwood a chanté dans les plus grands théâtres d’Europe (La Scala, Teatro dell’Opera de Rome, Covent Garden, Théâtre des Champs Elysées, Châtelet, Salle Pleyel, Royal Festival Hall, Concertgebouw, Biennale de Munich, Deutsche Oper Berlin, Conservatoire de Moscou, Konzerthaus de Vienne, Festival de Salzbourg, Festival d’Aix-en-Provence, etc.) avec des orchestres et ensembles de renommée (London Philharmonic, Orchestra della RAI di Roma, Orchestre Philharmonique de Radio France, London Sinfonietta, Orchestre de la SDR, Ensemble Intercontemporain, Ensemble Modern, etc.).
Isherwood a enregistré 56 CDs pour des maisons telles que Erato, Naxos et Harmonia Mundi.
Il a participé à des films sur Stockhausen, Aperghis et Frize pour Arte, la WDR et l’INA. Parallèlement à son travail de chanteur, il a fait des mises en scène de théâtre musical contemporain (SMIO d’Orléans, Sons d’Hiver, Parvis St. Jean de Dijon, Teatro Regio de Turin, Oper Stuttgart, etc. ), enseigné des stages de chant en cinq langues sur la mélodie française (USC), la musique d’Olivier Messiaen (CNSMDP), le chant baroque (Cal State LA) et le chant contemporain (IRCAM, Mozarteum de Salzbourg, ARIAM, UdK de Berlin, Conservatorio di Milano, etc.), et composé plusieurs œuvres vocales (2 commandes DRAC, 1 commande Art Zoyd).
Nicolas Isherwood a été qualifié de « diva vocale absolue de notre temps » par Mya Tannenbaum (Il Corriere della Sera – quotidien italien)

Giacinto Scelsci

Compositeur italien né à La Spezia en 1905, Giacinto Scelsi a étudié avec Respighi et Casella et obtenu ses premiers succès à Paris, notamment avec la création par Pierre Monteux de Rotative pour orchestre (1931).
Il a voyagé ensuite au Proche-Orient et en Amérique, et étudié les techniques dodécaphoniques à Vienne avec Walter Klein (1935-1936). En 1937, il a organisé à Rome avec Petrassi une série de concerts de musique contemporaine, et durant la guerre, a résidé en Suisse, où il a collaboré à la revue la Suisse contemporaine tout en écrivant de nombreux essais musicologiques.
A partir de 1952, il s’est orienté comme compositeur vers des solutions radicales teintées parfois d’ésotérisme ou de mysticisme, et qui font que se reconnaissent en lui aussi bien un Ligeti ou un Feldman que des membres de la jeune génération actuelle.

Samir Odeh Tamimi

Samir Odeh Tamimi est né en 1970 à Jaljulya. De 1984 à 1989, le compositeur israélo-palestinien fût claviériste et percussionniste au sein de différents groupes de musique traditionnelle arabe réputés.
Il a étudié la musique de 1992 à 1996 à l’université de Kiel, puis la composition auprès de Younghi Pagh-Paan et l’analyse musicale auprès de Günter Steinke à l’école des Beaux-Arts de Brême. Depuis 1999, il compose des œuvres pour solistes, chœurs, ensembles instrumentaux et orchestres, qui se caractérisent par une densité musicale évoluant sur une durée relativement courte. Elles sont écrites essentiellement pour des instruments traditionnels. L’œuvre de Odeh Tamimi est une synthèse réussie de la Nouvelle musique d’avant-garde marquée par les influences européennes et des traditions musicales de son pays.

Zad Moultaka

Zad Moultaka, compositeur, né au Liban en 1967, poursuit depuis plusieurs années une recherche personnelle sur le langage musical, intégrant les données fondamentales de l’écriture contemporaine occidentale – structures, tendances, familles et signes – aux caractères spécifiques de la musique arabe – monodie, hétérophonie, modalité, rythmes, vocalité…
Cette recherche touche de nombreux domaines d’expérimentation… La lente maturation d’une forme d’expression très personnelle a fait naître, à partir de 2003, une série d’œuvres dont la production s’est peu à peu amplifiée, de la musique chorale à la musique d’ensemble, de la musique de chambre à la musique vocale soliste, de l’électroacoustique aux installations sonores et à la chorégraphie…

Yamaon - extraits @ festival de Chaillol

LIEU

Opéra de Marseille

(Foyer Ernest Reyer) 2, Rue Molière
13001 Marseille


ACCÈS

Métro : Ligne 1 Vieux-Port

TARIFS


Plein 10€
Réduit 6€
Pass 5€

Nombre de places limité


Tarif réduit :
12 — 25 ans, étudiants,
demandeurs d’emploi

DURÉE


1h10

AVEC


C Barré

Ensemble

Nicholas Isherwood

Soliste baryton basse

Sébastien Boin

Direction

ŒUVRES DE

Giacinto Scelsi

« Yamaon » 1954

Giacinto Scelsi

« Ko-Tha » 1967

Samir Odeh Tamimi

« Marduk »

Création 2015

Zad Moultaka

« Anath » 2015

Dans le cadre
des « Matins Sonnants »
Coproduction gmem-CNCM-marseille et l'Opéra de Marseille

« Marduk »  de Samir Odeh Tamimi
Co-commande du CIRM et de l’Ensemble C Barré

« Anath » Zad Moultaka
Commande de l’Ensemble C Barré