GMEM Marseille

2 — 27 sept. 2019

RÉSIDENCE

Elise Dabrowski

Pain Maudit

Elise Dabrowski — GMEM Marseille
© DR

SORTIE DE RESIDENCE
JEU. 26 SEPTEMBRE à 18h30 – LE MODULE (13 – Marseille)
Friche la Belle de Mai
uniquement sur réservation, jauge réduite
par mail : billetterie@gmem.org
par tél : 04 96 20 60 16 (de 14h à 17h)

Traversée vocale, instrumentale et électronique Pain Maudit retrace la mystérieuse affaire du « pain qui rend fou ».
En 1951 à Pont-Saint-Esprit certains habitants sont victimes d’une intoxication alimentaire qui mute en crises hallucinatoires insupportables. Un homme se prend pour un avion et saute du deuxième étage, un gamin tente d’étrangler sa mère. Bêtes immondes, chimères et flashes colorés peuplent leurs délires. Dans ce spectacle entre fait réel et fiction les chanteurs déploient leurs singulières capacités vocales et théâtrales pour faire entendre les failles psychiques des victimes mais aussi les peurs des responsables politiques face à une telle crise dont les raisons n’ont jamais été clairement élucidées…

Spectacle présenté au prochain Festival Les Musiques
> le 6 mai 2020 au Théâtre Joliette (13 – Marseille)

Rencontre avec Élise Dabrowski et l'équipe artistique de Pain Maudit © gmem-CNCM-marseille

Elise Dabrowski débute à la Maîtrise de Radio France en chantant dans les Trois petites liturgies de la présence divine d’Olivier Messiaen et dans la troisième symphonie de Mahler avec le Boston Symphony Orchestra dirigé par Seiji Ozawa. Elle a l’occasion de participer à de nombreuses créations de Thierry Pécou, Édith Lejet, Gérard Condé, Claude Ballif. Elle est sélectionnée par le Centre d’Art Lyrique de la Méditerranée où elle perfectionne sa voix. Engagée au Festival Junger Künstler de Bayreuth pour chanter des Knaben Wunderhorn de Malher, elle aime particulièrement le répertoire allemand. Elle se consacre à la création contemporaine : La Rhésérection de Jonathan Pontier, Chant d’hiver de Samuel Sighicelli, La Métamorphose de Michaël Lévinas avec l’ensemble du Balcon dirigé par Maxime Pascal, Avenida de los Incas de Fernando Fiszbein à l’Opéra de Lille avec Le Balcon, Bureau 470 de Tomas Bordalejo, Crumbling Land co-production de l’Opéra de Lille 2016-2017 (compositrice associée et interprète), Voyage d’hiver de Jelinek et Sébastien Gaxie, Jacob Lenz de Wolfgang Rihm au Théâtre de l’Athénée Louis Jouvet. Elle mène en parallèle une carrière d’instrumentiste (contrebasse) et de chanteuse, croisant les deux disciplines dans des propositions inédites. Elle compose et joue sur scène dans Quelque part au cœur de la forêt (mise en scène par Claude Buchvald, Parcours Jeunesse Théâtre de la Ville)… Elle est également active sur la scène jazz et musique improvisée aux côté d’artistes tels que Louis Sclavis, Bruno Chevillon ou encore Joëlle Léandre. En 2018, elle est directrice artistique de TREPAK, Comment s’en sortir sans sortir opéra poétique est donné au Théâtre de Vanves, Théâtre l’Echangeur à Bagnolet et Scène Nationale l’Hexagone de Meylan. Pain Maudit, sa prochaine création sera crée le 13 décembre 2019 au Théâtre de Vanves.

Angèle Chemin grandit dans une famille d’artistes et commence à jouer au théâtre sous la direction de son père Philippe Chemin à l’âge de cinq ans. Après avoir commencé ses études musicales par la flûte traversière elle se forme comme artiste lyrique auprès d’Elsa Maurus, Robert Expert et Malcolm Walker. Artiste aux multiples facettes, elle aime la création contemporaine et collabore avec des compositeurs tels que Michaël Levinas, Stefano Gervasoni, Helmut Lachenmann, Bernard Cavanna, Georges Aperghis, Daniel D’Adamo, Roland Auzet, Mathieu Bonilla, Élise Dabrowski… Parmi ses récentes créations et spectacles, les opéras Bureau 470 de Tomas Bordalejo, Forge de Gabriel Philippot (Opéra de Reims), HIP127 ou la constellation des cigognes , opéra pour soprano et sept jongleurs (direction Daniel Kawka) de Roland Auzet, Jérôme Thomas et Martin Palisse (Opéra de Limoges et tournée nationale), Tingel Tangel de Georges Aperghis pour soprano cymbalum et accordéon avec Françoise Rivalland et Vincent Lhermet (Festival Musiques démesurées, Opéra de Lille, Centre culturel Onassis à Athènes). Passionnée par la musique de chambre, Angèle Chemin est membre de l’Ensemble Maja, en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2016 et joue entre autres avec les Ensembles 2e2m, Le Balcon, MDI en Italie, Vydia en Suisse, l’Octuor de violoncelles de Beauvais et le Trio Fauve. En 2019, elle est Jeune Talent du Festival de Saint-Denis en duo avec la harpiste Annabelle Jarre. Le Concert Chemins de Traverses en trio avec Françoise Rivalland et Vincent Lhermet est enregistré par France Musique en janvier 2018 pour l’émission Le Concert du Soir d’Arnaud Merlin. En mai 2018, elle est invitée avec le Trio Fauve à participer à l’émission Génération Jeunes Interprètes de Gaëlle Le Gallic.
Angèle Chemin a enregistré Sanjo IV pour soprano solo de Eunho Chang à Varsovie, les 5 Pièces magiques et l’opéra Le joueur de flûte de Hamelin de Yassen Vodénitcharov.

Vincent Vantyghem, baryton, découvre le chant auprès de la basse Stephen RICHARDSON, étudie en Allemagne auprès d’Alain BUET, de Margreet HONIG et Valérie MILLOT. Il se produit en récital dans les foyers de l’opéra de Lille avec Christophe Simonet (le Schwanengesang de Schubert). Il chante en soliste dans de nombreux oratorios sous la direction d’Yves PARMENTIER. À l’opéra, Eutyro dans Ercole Amante de Cavalli dirigé par Gabriel GARRIDO (Académie d’Ambronay). Le 2ème Prince Tyrien dans Cadmus et Hermione de Lully (Poème Harmonique Vincent Dumestre/B.Lazar Opéra Comique), le 2ème notaire dans la Périchole d’Offenbach (Opéra de Lille/J.C Casadesus), le Musiklehrer dans Ariadne auf Naxos de Strauss (Fondation Royaumont/A.Engel), Zaretski dans Eugène Onéguine de Tchaïkowski (Opéra de Lille/P.Verrot/JY.Ruf), Calcante dans La Bohémienne de Favart (Les Paladins/J.Corréas-Opéra Théâtre de Lyon/A.Fornier), l’Égoutier dans la Botte Secrète de Terrasse au Théâtre de l’Athénée avec la compagnie Les Brigands. Il interprète en juillet 2012 le rôle de Wozzeck d’Alban Berg aux masterclasses d’interprétation à Royaumont sous la direction d’André Engel. Vincent Vantyghem collabore régulièrement avec l’ensemble le Balcon dirigé par Maxime Pascal en Général dans le Balcon de Jean Genet et Peter Eötvös au théâtre de l’Athénée, puis dans le rôle du Père dans la Métamorphose de Kafka composée par Mickaël Lévinas. Il est L’Autre à l’opéra de Lille dans le Premier Meurtre d’Arthur Lavandier. Il chante le rôle titre dans Jakob Lenz au festival Dialoge de Salzburg en 2016 et qui sera repris en 2019 au théâtre de l’Athénée. Il chante également sous la direction d’Alphonse Cémin au CRD de Genneviliers en créant le rôle de Ramirez, opéra bureaucratique composé par Tomas Bordalejo.

Eric Broitmann est compositeur, interprète de musique acousmatique et créateur pour le spectacle vivant. Il s’intéresse particulièrement à la beauté du sonore et développe des jeux de perception qui mettent en avant la plastique de ce matériau musical. Ses recherches le conduisent à travailler la notion d’écart, dont il explore les mondes : musicaux, cinématographiques, littéraires. Il les parsème de réalités, d’objets plus ou moins concrets, de synthèses, d’espaces artificiels ou non et joue de ces ambiguïtés pour ouvrir l’écoute, pour poser celle-ci en acte, y compris dans l’abandon. Ses pièces ont été jouées dans divers évènements internationaux : Elektrophonie, l’Espace du Son de musique et recherche, festival Synthèse, Palais de Tokyo, festival Futura, GRM, France Musique, festival Présence…

AVEC


Elise Dabrowski

direction artistique, mise en scène et mezzo-soprano, contrebasse

Angèle Chemin

soprano, flûte

Vincent Vantyghem

baryton

Eric Broitmann

électronique

Production

Trepak, Full Rhizome
Coproduction

gmem-CNCM-marseille, La Muse en circuit-CNCM-Alfortville
Partenaires

Théâtre de Vanves, Arcal lyrique, Cité de la Voix de Vézelay, DRAC Ile-de-France, Spedidam