GMEM Marseille

5 — 16 fév. 2018

RÉSIDENCE

Julie Rousse

EXO - installation audiovisuelle

Julie Rousse — GMEM Marseille
Exo lors des Nuit Blanches, dans le cadre du festival Nemo, Biennale internationale des Arts Numériques (Paris, 2015) © Jean-Baptiste Gurliat
Julie Rousse — GMEM Marseille
montage photo sur le toit terrasse de la Friche La Belle de Mai © Félicie d'Estienne d'Orves

EXO, 2015, Installation audiovisuelle avec Félicie d’Estienne d’Orves (artiste visuelle)

Lors de cette dernière résidence au GMEM autour d’EXO, Julie Rousse termine la création des musiques et teste la spatialisation de chacun des objets célestes qui composeront le ciel au soir du 19 mai et visibles depuis le toit de la Friche.

Créant des fourmillements de matière typiques des nuages gazeux des nébuleuses, les pointillés lumineux des pics de rayonnement Gamma, ou reproduisant des textures de sols planétaires glacés de la composition spatialisée qui immergera le spectateur dans le milieu sonore représentant les objets célestes pointés par la géométrie des faisceaux laser.

– – –

Avec EXO, la plasticienne Félicie d’Estienne d’Orves et la musicienne Julie Rousse invitent les spectateurs à tourner leur regard vers le ciel et se projeter dans l’espace. Dans ce dispositif monumental, les deux artistes collaborent à l’écriture d’une partition visuelle et sonore, composant avec les distances et les spécificités d’une centaine d’objets célestes choisis.

Expérience de l’exploration de l’espace, il s’agit avec ce projet de changer d’échelle, d’augmenter le rapport au ciel en alignant notre regard sur d’autres espaces-temps, dans différents sites où l’horizon dégagé et les dimensions de l’espace permettent de mettre en évidence des perspectives invisibles, des connexions spatiales, temporelles entre coordonnées célestes et géographiques.

EXO sera présenté à Marseille dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 mai sur le toit-terrasse de la Friche la Belle de Mai, dans le cadre de la 31ème édition du festival Les Musiques et de Marseille Provence 2018.

Contact diffusion : Seconde Nature
> jerome.flayac@secondenature.org

 

SAMEDI 19 MAI, DE 22H À 2H

Toit-terrasse de la Friche La Belle de Mai

Dans le cadre du festival Les Musiques
+ d’infos à venir…

EXO, création de Julie Rousse et Félicie d’Estienne d’Orves
Production déléguée : Seconde Nature et Bipolar
Coproduction : Arcadi Île-de-France, gmem-CNCM-Marseille, Nuit Blanche Paris, Diffusing Digital Art, Friche la  Belle de Mai, Marseille Provence 2018
En collaboration avec Fabio Acero, astrophysicien au laboratoire AIM au CEA
Avec l’aide l’IMCCE à l’Observatoire de Paris et du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille / Institut Pythéas, Julie Miguirditchian
Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France, dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques – Paris / Île-de-France, DICRéAM (CNC), Institut Français

Julie Rousse est née en 1979, et vit et travaille à Paris.
Artiste sonore, improvisatrice et compositrice électroacoustique, Julie Rousse est une phonographe passionnée, toujours à la recherche de nouveaux fieldrecordings, explorant différentes formes de capture du son avec différentes machines, dans des contextes choisis et particuliers, urbains, naturels ou industriels.
Dans une pratique de l’improvisation libre, elle utilise cette collection sonore à l’aide d’une plateforme numérique de traitement du son en temps réel, fouillant la matière brute – intrusion dans le détail sonore – à la recherche de textures et de rythmes afin de créer des univers poétiques. Plus récemment, elle axe son travail sur la dimension physique et corporelle du musicien électronique, recherchant l’extension de son terrain de jeu dans la performance.
Son travail de composition électroacoustique, inspiré par ses études en Scénographie, est à la recherche d’une relation entre l’Auditeur, l’Espace et le Rêve. Créant des univers fourmillants et immersifs, Julie Rousse délivre des pièces tout à fait personnelles issues d’un travail in-situ, à partir de sons enregistrés pour un projet déterminé, traduisant par le sonore ses impressions sensibles – afin d’être déployé dans un lieu spécifique et/ou à un moment précis.
Depuis 2001, elle joue dans de nombreux lieux, festivals et évènements, lors de performances sonores, en solo ou en collaboration avec des artistes de la scène expérimentale internationale. Son travail a été présenté entre autres, lors de Suoni per il Popolo (Montréal, Canada ; 2002, 2004), Nuit Blanche (Paris ; 2005, 2011, 2015), Send and Receive (Winnipeg, canada ; 2011), Le Fest (Tunis, Tunisie ; 2011), Flussi (Naples, 2013), Tsonami (Valparaiso, Chili ; 2013, 2015), Centre Pompidou (Paris ; 2017), Musée de l’Homme (Paris, 2017).
Ses pièces ont été publiées sur les labels Sub Rosa, TsukuBoshi, Zeromoon, NoType et diffusées sur Arte radio, France Culture et Radio Libertaire.
Lauréate de la bourse Hors les Murs de l’Institut Français en 2015, elle effectue une résidence de recherche dans un communauté autochtone au sud du Chili.

Félicie d’Estienne d’Orves est née à Athènes en 1979, et vit et travaille à Paris.
Mêlant sculpture, lumière et nouvelles technologies, le travail de Félicie d’Estienne d’Orves interroge le processus de la vision et le conditionnement du regard. Ses installations font appel à une connaissance phénoménologique du réel, elles soulignent une perception du temps dans un mouvement continu. Depuis 2014, l’artiste concentre sa recherche sur l’espace astrophysique et l’étude des cycles de lumière naturelle.
Sa série «Cosmos» évoque les limites de la perception humaine et traduit en installations audiovisuelles des événements qui nous relient à des espaces-temps distants. Après «Convection stellaire» (2008 – Musique F. Nogray), transformation de la matière d’une étoile sur des centaine de milliards d’années, dans sa série «Eclipse» (2009-2012, Musique K. Toeplitz), elle joue sur la relativité de positions entre la Terre et ses astres voisins, enfin sa pièce «Supernova» (2011, Musique L. Dailleau), conçue avec l’astrophysicien Fabio Acero, présente à échelle réduite l’explosion d’une étoile.
En 2012, à l’occasion d’une commande de la Mairie de Londres elle réalise sa première installation de lasers «Geometry», une sculpture de miroirs motorisés qui projette des dessins de géométries élémentaires dans le ciel de Londres. À la suite de ce projet, elle imagine poursuivre ce travail en land art dans le contexte plus radical du désert d’Atacama. Elle débute en 2014 une collaboration avec la musicienne de fieldrecording Julie Rousse autour du projet à Atacama et réalisent le projet «EXO» (Nuit Blanche de Paris – 2015).
Depuis 2016, elle se consacre à la série «Étalon lumière» qui réintroduit l’idée de temps cosmique comme standard de mesure du temps, un «temps lumière» issu de la mécanique céleste et des distances en années-lumière. En 2017, elle convertit les cheminées EDF de la ville du Havre en balise spatiale. Pendant 5 mois, les deux cheminées de l’usine ont expiré au rythme du voyage de la lumière depuis Vénus et Mars (en collaboration avec Fabio Acero).
Son travail a été présenté au Centre Pompidou – Nuit Blanche – Sortbonne Artgallery (Paris) – Maison des Arts de Créteil (Créteil / FR ) – Centquatre / Nemo Biennale (Paris) – 500 ans du Havre (FR) – La Société (Bruxelles) – New Art Space / Sonic Acts (Amsterdam) – Watermans Arts Centre (Londres) – ICAS (Dresde) – Luz y Vanguardias (Espagne) – Elektra Festival / BIAN (Montréal) – Musée d’Art d’Aram (Goyang / KR) – OCAT (Shanghai/CH) – Day For Night (Houston).

AVEC


Julie Rousse

musicienne compositrice

Félicie d’Estienne d’Orves

artiste visuelle

Charles Bascou

Assistant recherche