GMEM Marseille

11 — 20 déc. 2017

RÉSIDENCE

Julien Bayle, Sebastian Sarti

Matter

Julien Bayle, Sebastian Sarti — GMEM Marseille
 
Julien Bayle, Sebastian Sarti — GMEM Marseille
 
Julien Bayle, Sebastian Sarti — GMEM Marseille
 

MATTER est un live audio-visuel présenté par les artistes Julien Bayle & Sebastian Sarti.
Dans un univers sursaturé de données numériques transitant fugitivement à la vitesse de la lumière sans jamais s’arrêter, MATTER interroge l’instant et la réalité brute en figurant une pièce audio-visuelle improvisée à l’aide d’éléments préparés et d’outils analogiques. MATTER recherche à tout instant le point d’équilibre instable entre les textures sonores et visuelles, tentant d’étirer et de ralentir le présent en un continuum dense et infini.

Julien Bayle, artiste et programmeur, manipule un ensemble de machines (synthétiseurs modulaires) au travers d’un ensemble de tableaux/contextes illustrant les différents états de la matière. Simultanément, Sebastian Sarti, artiste visuel et dessinateur, mélange des substances, les éclaire de manière continue ou discontinue, capturant des images sous plusieurs angles et fusionnant les matières ainsi capturées en une vidéo-projection abstraite rendant la frontière micro / macro poreuse.

MATTER s’appuie sur un système complexe d’interactions composé, d’une part, par un ensemble de
synthétiseurs et déclencheurs analogiques (système modulaire eurorack) et d’autre part d’un logiciel programmé par Julien Bayle (avec le framework MaxMSP) qui permet des processus avancés de lecture du matériel visuel capturé par Sebastian Sarti. Le système visuel, au fil des manipulations, informe le système de génération sonore. Simultanément, ce dernier perturbe la lecture des vidéos en changeant le sens de lecture, en les inversant horizontalement ou verticalement. Ce système permet ainsi aux artistes un degré élevé d’improvisation tout en conservant une possibilité d’écriture en amont par la sélection préalable d’instants précis pour certaines vidéos et échantillons sonores. Les artistes se surprennent ainsi dans un
jeu d’interaction à la fois technique et sensible en s’appuyant sur la complexité d’un système capable parfois de leur échapper. C’est en ce sens que MATTER adresse aussi une critique liée à la perte du sens induite par la saturation d’informations.

MATTER peut aussi être considéré comme une réinterprétation audio-visuelle de certains principes de la musique concrète telle que décrite par Schaeffer. Qu’il s’agisse d’extrapoler la notion même de synchronisation en musique par l’utilisation de tempo variable, ou encore d’utiliser le découpage temporel des structures sonores (lecture/relecture, étirement/compression temporelle, changement de hauteur, synthèse granulaire) et des structures visuelles (fragmentation dans le temps, bouclage en temps réel, changement du sens de lecture), MATTER repousse un peu plus loin les limites du live audiovisuel.

MATTER est enfin une expérience sonore immersive. Les artistes peuvent adapter le système pour
permettre une véritable diffusion quadriphonique au coeur de laquelle l’audience se retrouve plongée. Par la programmation d’un système ambisonique logiciel utilisant les derniers travaux de recherches sur le sujet (High Order Ambisonic Library for MaxMSP), la spatialisation permet aux artistes une liberté totale de diffusion et de positionnement virtuel des sources sonores dans l’espace mais aussi de les faire circuler selon des trajectoires libres pour rendre la synthèse de champ sonore encore plus proche de l’intention artistique du projet ; en effet, les concepts psycho-acoustiques utilisés permettent de jouer sur la désorientation de l’audience et de décontextualiser encore plus les textures sonores déployées.

MATTER s’organise autour d’une trame narrative « générative » : les différentes tableaux/contextes peuvent en effet être ordonnés différemment, selon le ressenti des artistes et en fonction de la progression de la performance, offrant ainsi un niveau élevé d’improvisation.

MATTER explore la fragilité. En effet, les textures audio-visuelles déployées semblent se structurer, se déconstruire, ou encore, s’harmoniser presque accidentellement, les artistes ajustant et jouant avec leur système qu’ils laissent parfois leur échapper.

JULIEN BAYLE / BIOGRAPHIE
Julien Bayle est un artiste multidisciplinaire indépendant basé en France et travaille à l’intersection du son et de la forme visuelle.
Il fusionne art visuel et approches physiques de l’art sonore en créant des installations audio-visuelles et en jouant des performances lives.
Il adresse les concepts de perturbation du continuum, des interférences et de la représentation de concepts sociétaux en utilisant la physique du son, la magnification de l’erreur et de l’artéfact de mesure ainsi qu’en mobilisant des concepts avancées d’algorithmiques. Son travail est basé à la fois sur l’expérimentation et la programmation formelle.
Par ces formes là, il dépeint un monde sursaturé d’informations souvent vide sens et une société complexe et de plus en plus liquide au travers d’un prisme nihiliste et positif, à l’aide de la déconstruction des processus et des structures.
Il joue ses performances audio-visuelles et montrent ses installations dans le monde entier dans des festivals comme ELEKTRA au Canada, sound::frame en Autriche, ACT Festival en Corée du Sud, ou encore Todays Art au Pays-bas. Il est aussi professeur d’art invité dans plusieurs écoles d’art européennes et intervient fréquemment en tant que lecteur pour parler de son travail et de la place de l’individu face au système.
Il co-dirige le label d’art sonore Bordille Records et travaille en étroite collaboration avec le label canadien Yatra Arts.

SEBASTIAN SARTI / BIOGRAPHIE
L’inspiration d’un futur dessinateur
Sebastian Sarti Canals grandit en Amérique Centrale et vit une enfance itinérante. Il évalue sans le savoir vraiment dans une ère particulière, où les aléas de la politique transforment les pays, leurs habitants, leurs habitudes comme les représentations et leurs aspirations. L’amnistie générale permet au jeune Sebastian de retourner vivre à Guatemala City, où il commence son parcours artistique. Celui-ci se nourrit non seulement de cultures guatémaltèque et précolombienne, mais aussi des préoccupations d’une société qui vit au rythme de la violence et du narco-trafic.
Dessin contemporain et illustration
Emigré en France, il vit désormais à Marseille, où son dessin s’affine au gré des influences diverses : livres anciens de botanique, imagiers en noir et blanc, bandes dessinées, mangas, livres d’architecture, photos et illustrations issues découvertes archéologiques sur l’Amérique d’avant Colomb – il est en particulier marqué par la figure de Balam, le dieu Jaguar, qu’il décline en séries.
Ainsi des personnages protéiformes émergent au milieu des paysages urbains, les masques précolombiens s’ornent de symboles modernes… Questionnant les sociétés, les rapports entre les hommes comme ce qui les conditionne, Sebastian Sarti Canals propose une oeuvre de dessin contemporain en permanente évolution technique et stylistique.
Vidéo et animation
Sebastián a suivi une formation de journaliste à Guatemala City, avant de se consacrer pleinement au dessin. Avec une expérience de près de 10 ans dans la production et la direction de documentaires orientés vers le champ d’étude social, il commence à partir de 2015 à explorer de nouvelles voies liées au dessin et à l’expression visuelle avec le film d’animation Motion Drawing (Exposition Ren Hang, Atelier 72, 2015). En 2017, Sebastián ce détache du papier pour se concentrer à l’expérimentation vidéo-macro et à la mise en situation de matières diverses pour la
conception de MATTER.
Selon l’artiste, même si le support change, il considère sa production vidéo comme une extension de son travail de dessin.

AVEC


Julien Bayle

artiste et programmeur

Sebastian Sarti

artiste visuel et dessinateur

PERFORMANCE LIVE AUDIO-VISUELLE

PARTENAIRE

Laboratoire de Mécanique et Acoustique (LMA - CNRS) Association TECHNÈ / RIAM Office