GMEM Marseille

27 — 30 nov. 2017

RÉSIDENCE

Marc Vincent, Floy Krouchi…

Impact !

Marc Vincent, Floy Krouchi… — GMEM Marseille
"Exotes" © Freddy Peretti
Marc Vincent, Floy Krouchi… — GMEM Marseille
"Distant" © Freddy Peretti
Marc Vincent, Floy Krouchi… — GMEM Marseille
Premières explorations d'écritures chorégraphiques / extrait du carnet de notes / support : Rythme El Batayhi (nouba marocaine) © Artefactdanse
Marc Vincent, Floy Krouchi… — GMEM Marseille
Premières explorations d'écritures chorégraphiques / extrait du carnet de notes / support : Rythme El Batayhi (nouba marocaine) © Artefactdanse
Marc Vincent, Floy Krouchi… — GMEM Marseille
Premières explorations d'écritures chorégraphiques / extrait du carnet de notes / support : Rythme El Batayhi (nouba marocaine) © Artefactdanse

« Il y a là la tentative d’amener progressivement l’espace jusqu’à une jubilation rythmique collective, d’ébranler un système géométrique énergivore en marche dans des figures chorégraphiques obstinées, d’élaborer l’écriture d’une danse vive, hypnotique proche de la transe. »

Deuxième épisode de la trilogie Vis-à-visImpact ! prend le contre-pied du premier opus intitulé Distant créé en 2015 au festival Dansem. Après avoir traité du vide, de l’absence et du silence, le chorégraphe et danseur Marc Vincent questionne le plein et invite à un partage immersif, collectif autour d’un dispositif répétitif dansé sur des rythmes au tempo soutenu et transcendé en direct par des compositions sonores de Floy Krouchi. Chacun des cinq interprètes, parties d’un ensemble, s’incorpore dans un édifice chorégraphique commun. Ici, le danseur composant et composé se déploie en pleine présence. Une interrogation ritualisée sur les notions d’individu et de collectif et sur le dépassement du soi par un nous dialectique.

Cette résidence intervient en amont de la représentation de Impact ! à la Friche la Belle de Mai dans le cadre du festival Dansem #20.

Distant, premier épisode de Vis-à-vis / extrait

Après des études aux Beaux-Arts, Marc Vincent s’oriente vers la danse et fait ses premiers pas auprès d’Odile Duboc. Puis, influencé par la danse américaine (John Cage, Merce Cunningham, Susan Buirge, Lucinda Child), il signe ses premiers essais chorégraphiques avant de s’associer à Jeannette Dumeix pour un long compagnonnage de Paris et à Châteauvallon. Il est nommé lauréat de la Villa Médicis et reçoit le Prix Chorégraphique du Conseil Général des Bouches du Rhône. La Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles (DGCA-Direction Générale de la Création Artistique -Ministère de la culture) lui attribue une bourse pour travailler à New York, puis à Londres pour The International Course for Professional Choreographers and Composers avec Merce Cunningham et John Cage. Il bénéficie également des bourses d’aide à l’écriture chorégraphique de la DGCA et de la Fondation Beaumarchais, et le soutien à la création artistique multimédia du Dispositif pour la Création Artistique Multimédia et Numérique (DICRéAM). En 2004, au cours de résidences longues, il fonde l’association Artefactdanse pour mener à bien ses travaux de recherche et de création chorégraphique. Avec une équipe fidèle, il invite des chercheurs, des performeurs et des artistes et crée les « Chantiers » : N°1 (les mouvements de la disparition), N°2 (marges de manœuvre), N°3 (confidences) et des pièces chorégraphiques dont les plus récentes : La Morsure de l’icebergChiasmes une installation chorégraphique numérique pour un sombre propos avec le plasticien Christophe Loyer. Exotes pour 3 danseurs, 2 compositeurs et un absent créée en 2016 a été coproduite par festival d’Uzès Danse, le Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie, le Centre chorégraphique national de Tours, le Ballet National de Marseille. Distant créée en décembre 2015 et coproduite par Officina Atelier Marseillais de Production et Centre chorégraphique national de Nantes, est le premier volet d’une trilogie Vis-à-Vis dont la création Impact pour le 2 décembre 2017, en sera le deuxième.

Musicienne française aux identités multiples, Floy Krouchi aka Dr floy est bassiste de formation, compositrice électroacoustique et performeuse. De 1994 à 2003, elle joue avec le collectif de musiciennes Mafucage (dub, indus, positive noise) dont elle est une des initiatrices. Elle poursuit son chemin musical en Inde où elle s’initie aux microtons et ragas dans la musique hindustani avec maître Pandit Hindraj Divekar, à Pune. Suite à cette expérience déterminante, elle entre dans la classe d’électroacoustique de Gino Favotti. Ses créations – solos ou en collaboration – sont jouées en France (Palais de Tokyo, Nuit Blanche 2007-2009 et 2013, GRM, Maison des Metallos, Festival Elektricity, Extension, Nuit Bleue, Archipel…) et à travers le monde (Espagne, Allemagne, Suisse, Italie, Belgique, Royaume-Uni, Pologne, Tchéquie, États-Unis, Chine, Liban, Sultanat d’Oman, Inde). En 2005, elle conçoit Sakhiri une création multimédia sur l’identité de genre avec la communauté de transexuelles Hijra à Bangalore. La création tourne sur le sous-continent indien, puis en Europe sous la forme d’une installation audio-vidéo. Après une résidence à la Villa Medicis en 2009, elle sort l’album A Stream of Love en collaboration avec la chanteuse indienne Sumathi. En 2012 elle participe à la création sonore en 9.1 de Between the Waves, une œuvre de Tejal Shah et réalise la bande son originale du documentaire Ladies turn. En 2013 suite à commande CESARE, elle entame la série bass holograms, solos basse et électronique. Influencée par le temps réel et l’art contemporain, elle conçoit chacun de ses solos comme des objets uniques, datés et numérotés. Parallèlement à ses compositions musicales, elle produit des pièces radiophoniques pour les Ateliers de création radiophonique de France Culture, notamment, Hijras Diaries, journal transgenre (Prix Italia 2011), Il y a des inconnus qui coulent dans mes veines et Couvre-Feux (9ème Prix international d’art radiophonique Luc Ferrari de la Muse en Circuit, 2011). Elle présente aussi des installations sonores dans des musées d’art contemporains, notamment en Espagne avec Virginia Villaplana et Fefa Vila et compose des pièces pour le chorégraphe Marc Vincent, en duo live avec Nicolas Losson (Exotes, 2011 et Distant, 2013-2014), et collabore également avec les artistes Kamilya Jubran, Meira Asher et Kasper Toeplitz.

En partenariat avec le festival Dansem 2017, Impact est une coproduction de l’Officina Atelier Marseillais de Production, du Centre Chorégraphique National de Montpellier en partenariat avec La Place de la Danse du Centre de Développement Chorégraphique Nationale de Toulouse, de la Friche la Belle de Mai (Marseille) en partenariat avec l’Institut Français du Maroc dans le cadre des Résidences Méditerranée et les Instituts Français de Casablanca et de Fez. Les temps de travail de la compagnie se sont déroulés au gmem-CNCM-marseille et à La Friche la Belle de Mai (Marseille), à La Place de la danse – CDCN Toulouse-Occitanie, à La Briqueterie CDCN du Val-de-Marne (Vitry-sur-Seine), au CDN (Pantin), aux IF de Fez et de Casablanca.

La compagnie Artefactdanse, basée à Montpellier, est subventionnée par la Direction des Affaires Culturelles Régionales en Occitanie, le Conseil Régional de l’Occitanie Pyrénées-Méditerranée et la ville de Montpellier.

AVEC


Marc Vincent

chorégraphe (Cie Artefact Danse)

Marine Combrade

assistante chorégraphique

Marine Combrade, Flora Gaudin, Mira Kang, Claire Malchrowicz, Julien Raso, Wu Zheng

artistes chorégraphiques

Floy Krouchi

compositrice, bassiste, électronique

Raphaël Vincent

scénographie lumières