GMEM Marseille

10 avr. 2018 23 — 27 Avr.
2018

RÉSIDENCE

Marie Péjus, Christophe Berdaguer, Christian Sebille

Communautés Invisibles

Marie Péjus,  Christophe Berdaguer, Christian Sebille — GMEM Marseille
« Sculpturecare » – projet en cours © Berdaguer et Péjus

Cette résidence se fait dans le contexte de l’exposition monographique « Communautés Invisibles » qui aura lieu au 4ème étage et diaporama de la Friche la Belle de Mai du 29 juin au 21 octobre 2018 (commissaire : Sandra Adam). Il s’agira de la première exposition monographique d’envergure sur le territoire régional pour Christophe Berdaguer et Marie Péjus, qui se saisissent ici des potentialités offertes par l’architecture de la Friche pour mettre en jeu de nouvelles productions.
Christian Sebille – compositeur et directeur du gmem – intervient alors pour la partie sonore de certaines des pièces qui y seront présentées.

Christophe Berdaguer et Marie Péjus résident et travaillent entre Marseille et Paris. Depuis 1994, ce duo d’artistes interroge les utopies architecturales et sociales du XXe siècle pour les réactiver ou en proposer une relecture critique. Leur oeuvre polymorphe met en avant l’inconscient et l’imaginaire.
Le travail de Berdaguer & Péjus, a été présenté, dans le cadre d’expositions personnelles et collectives, en France et à l’étranger. 2018 sera l’année de leur première exposition monographique à Marseille.
Les projets personnels Gue(ho)st house, commande publique du centre d’art la synagogue de Delme en 2012 ; Opéra noir, commande privée Marseille centre dans le cadre des nouveaux commanditaires en 2013 ou encore Insula présenté à l’IAC de Villeurbanne en 2012 ont été l’occasion de découvrir les projets personnels des artistes in situ ou dans l’espace muséal.
Berdaguer & Péjus ont également participé à de nombreuses expositions collectives d’envergure telles que Le temps de l’audace et de l’engagement à l’IAC de Villeurbanne (2015), Tu dois changer ta vie, commissariat de Fabrice Bousteau, exposition renaissance tripostal lille 3000 ; Erre, variations labyrinthiques, commissariat de Guillaume Désanges et Helene Guenin au CentrePompidou Metz, ou encore Le nouveau festival, commissaire Bernard Blistène, Centre Pompidou, Paris. Leurs oeuvres sont intégrées aux collections de plusieurs structures publiques – musée national d’art moderne (MNAM – Paris), musée des Abattoirs (Toulouse), fonds national art contemporain (FNAC), Frac… et font aussi partie de nombreuses collections privées. Ils ont été lauréat, en 2007, du 9ème Prix d’entreprise Ricard et ont pu bénéficier de deux résidences à la villa Médicis (Villa Médicis et Villa Médicis hors les murs – Etats-Unis).

Nommé depuis 2012 à la direction du GMEM, Centre national de création musicale de Marseille, Christian Sebille exerce la double activité de directeur de structure et de compositeur.
Il se consacre dès 1983 à la musique électroacoustique qu’il étudie avec Jean Schwartz et Philippe Prévost, (Ircam), puis en 1987 aux musiques mixtes au sein de la Muse en Circuit avec Luc Ferrari.
Dès 1993, il fonde à Reims Césaré, qui deviendra en 2006 Centre national de création musicale et dont les choix artistiques sont tournés vers l’ouverture et la rencontre des disciplines artistiques et des styles. Ainsi, il favorise une recherche sur la diversité et sur les formes nouvelles de (re)présentation de la création musicale.
Le catalogue de Christian Sebille compte plus de soixante œuvres vocales, instrumentales, électroacoustiques et mixtes dont un opéra de chambre (L’alleluiah – George Bataille – commande d’Etat), de nombreuses pièces dédiées au théâtre ou à la chorégraphie (Jean Deloche, Nadège Mac Leay, Emmanuelle Huynh…) et une commande de l’opéra de Limoges pour orchestre, chœur, trois percussions, guitare électrique et trois voix. De 1999 à aujourd’hui, il réalise un large cycle d’installations musicales (Série intitulée Miniatures) dont la onzième commandée par la ville de Dijon est particulièrement ambitieuse, tout comme la treizième conçue pour le château d’If de Marseille.
Parmi les collaborations qu’il développe, celle avec le plasticien Espagnol Francisco Ruiz De Infante donnera lieu à dix années d’échanges aboutissant à une recherche sur le rapport de l’espace plastique et sonore.
Christian Sebille développe une lutherie informatique qui lui permet de s’investir dans le champ de l’improvisation aussi bien en France qu’à l’étranger (Alex Grillo, Didier Petit, Sylvain Kassap, Pablo Cueco, Philippe Foch, Matt Bourne, Chris Sharkey, Christophe de Bezanac…).

AVEC


Marie Péjus

plasticienne

Christophe Berdaguer

plasticien

Christian Sebille

compositeur