GMEM Marseille

20 — 22 nov. 2017

RÉSIDENCE

Ola Maciejewska

Dance concert

Ola Maciejewska — GMEM Marseille
Image extraite du film "Variations V" (1965) / John Cage, David Tudor, Gordon Mumma, Merce Cunningham © Stan VanDerBeek & Nam June Paik

“ Ma pratique artistique chorégraphique s’attache à venir remettre en cause ce que je considère comme un anthropocentrisme théâtral qui reflète la tendance omniprésente dans la culture occidentale à glorifier le caractère exceptionnel de l’homme. L’histoire de la danse telle que nous la connaissons traite essentiellement du mouvement du corps, du corps et de ses capacités d’expression, des origines du mouvement qui émane du corps. Dans ma pratique j’esquisse un arbre généalogique des artistes chorégraphiques qui ont engagé une approche critique de la question et interrogé la centralité de la figure humaine dans le processus de création du mouvement. Je suis intéressée par les formes hybrides, l’animisme expérimental, les systèmes non hiérarchisés, l’anarchisme féministe communautaire, et les considère comme des propositions intéressantes qui permettent de repenser nos points de vues, comportements et modes relationnels en ces temps de l’anthropocène et du capitalisme. Je me donne pour objectif de créer des danses à partir d’entités non-humaines. Ainsi, au coeur de mon travail, chaque projet est connecté à un artefact, un objet ou une chose. Dans LOIE FULLER: Research, je m’approprie le ready-made de la danse, la “ dancing dress ” inventée par Loie Fuller, dans TEKTON, nous nous retrouvons immergés dans des évocations liées à la pierre, tandis qu’avec BOMBYX MORI, le ver à soie se charge de révéler différentes formes d’hybridations.
C’est la performance d’une idée quand la danse naît de l’interaction entre un humain et une chose, un objet non-humain.

Alors que BOMBYX MORI mêlait l’histoire de la danse, le son et la sculpture, la prochaine pièce, DANCE CONCERT, prendra la forme d’un concert de danse. Elle va aussi ouvrir un nouveau cycle à mon travail qui s’intéressera à l’environnement. Pour cette pièce, l’idée est de créer un grand dispositif qui reprend les paramètres techniques du terpsitone. Surprenant instrument inventé par Léon Theremin, il tient son nom de la muse de la danse Terpsichorè, et fonctionne grâce aux mouvements du danseur en utilisant les mêmes principes que le thérémine. C’est l’un des premiers systèmes connus de détection du mouvement.
Au lieu de l’antenne utilisée dans le thérémine, le terpsitone comporte une grande plaque de métal placée sous le sol. Les mouvements des danseurs au-dessus de la plaque génèrent des variations de ton dans les oscillateurs du terpsitone. Je veux travailler avec les propriétés techniques du terpsitone dans l’idée de produire et de parler de l’environnement. Est-ce qu’un concert de danse peut révéler des réflexions liées à l’espace ? Quelles métaphores visuelles peuvent être évoquées quand le corps pénètre un champ sonore? Là où BOMBYX MORI voulait casser l’anthropocentrisme lié à la notion de mouvement en danse, cette nouvelle pièce pose la question des métaphores liées à l’humain et à l’environnement engagées par un concert de danse. “
Ola Maciejewska

Née en Pologne, Ola Maciejewska est une chorégraphe et performeuse qui vit et travaille à Paris. Elle a étudié à l’École Nationale du Ballet en Pologne et à la Rotterdam Dance Academy. Elle a travaillé en tant que danseuse et interprète dans les projets de Bruno Listopad (PT), Nicola Unger (DE), Philippe Quesne (FR), et Bojan Djordjev (SR).  Elle a également obtenu un Master de danse contemporaine et dramaturgie de l’université d’Utrecht. Dans ce cadre, elle a développé un travail de recherche pratique, Loie Fuller : Research (2011), qu’elle a présenté en Espagne, Pologne, Belgique, Suisse, Pays-bas et en France, notamment pour l’ouverture du CND Pantin en octobre 2015.
Son premier solo, TEKTON, qu’elle crée en 2014 au Théâtre de l’Usine de Genève est associé à un film court, COSMOPOL, et a également été présenté au Rotterdamse Schouwburg puis au Festival Actoral de Marseille, au Batard Festival à Bruxelles, au Nowy Teatr à Varsovie et à Veem Huis voor Performance à Amsterdam. En novembre 2015, elle a crée BOMBYX MORI, dans le cadre du Festival Les Inaccoutumés à Ménagerie de Verre. Cette pièce pour trois danseurs a été présentée au Kaaitheater, à Rotterdamse Schouwburg et Veem Voor Performance à Amsterdam, Museu de Arte Contemporânea de Serralves notamment. BOMBYX MORI a reçu le soutien de la fondation Hermès dans le cadre de son programme New Settings #6  et sera présenté dans le cadre du festival [8:tension] Jeunes Chorégraphes’ à ImPulsTanz, Vienne en 2017.
De 2016 à 2018, Ola Maciejewska est artiste associée au Centre chorégraphique national de Caen en Normandie. A l’automne 2017, les solos Loie Fuller: Research et COSMOPOL seront présentés dans le cadre de la Biennale d’art contemporain de Lyon.

BOMBYX MORI, Ola Maciejewska / extrait

AVEC


Ola Maciejewska

chorégraphe

Charles Bascou

assistant musical