GMEM Marseille

28 — 29 nov. 17 — 19 Déc.
2018

RÉSIDENCE

Raphaële Dupire-Loubaton, Julien Testard

ToTo Djinns

Raphaële Dupire-Loubaton, Julien Testard — GMEM Marseille
© DR

ToTo Djinns
Pièce mixte pour voix, ventilateurs préparés, support audio et diffusion en six points

« …
On doute
la nuit,
j’écoute
tout fuit !

L’espace
efface
le bruit. »

Le rythme, le vol tourbillonnant des esprits de l’air,  la musicalité du poème de Victor Hugo fascinent. Le champ lexical du sonore y est extrêmement développé, cela m’a donné envie d’en imaginer une adaptation.

Dans ToTo Djinns, le son est présent partout : voix du performeur, sons résultant de ses mouvements, corps sonores amplifiés et son du support…
La dimension fantastique du poème trouve un écho dans l’expérience troublante vécue par le performeur et les sons captés par les microphones rendus insaisissables par la diffusion multiphonique.
La teneur romantique, détournée, laisse place à différents niveaux de lecture possibles.

Ainsi, en vient-on à se demander : si l’on entend bien ce que l’on voit ?
Et si ce que l’on peut entendre existe ?

Raphaële Dupire-Loubaton étudie d’abord la Philosophie et les Arts du spectacle à Paris.
En 2006, elle s’installe à Montpellier pour se consacrer à la clarinette, au jazz et à la musique improvisée.
Elle suit durant six années le cursus de composition au Conservatoire de Marseille qu’elle termine en juin 2018 et postule au Conservatoire de Paris où elle est reçue en CPES cette année.
Artiste transversale, elle est aussi danseuse et s’intéresse vivement aux relations qu’entretiennent musique et danse. Dans cette logique, elle a commencé à composer pour le spectacle vivant et à performer pour différents chorégraphes.
Modelée par ce parcours pluridisciplinaire et s’intéressant aux mécanismes qui constituent les idiomes artistiques, son travail prend différentes formes. Elle écrit ainsi des pièces acousmatiques et mixtes, fait partie du trio de musique improvisée LANDS (avec Anouck Genthon et Edward Williams) et crée pour le plateau une pièce pour comédien et dispositif sonore (ToTo Djinns).
De plus, elle a co-fondé avec Camille Thilloy un duo expérimental de vidéo-musique soutenu par le MIM (laboratoire de musique et d’informatique de Marseille).
Son travail tisse des liens étroits entre activités techniques et artistiques et donne lieu à des formes décloisonnées mélangeant l’installation, le son, le mouvement et les arts visuels.

À l’issue d’une année au Conservatoire de Lyon, Julien Testard est admis à l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier dirigée par Ariel Garcia-Valdes, où il travaille notamment avec Richard Brunel, Emmanuel Daumas, Claude Degliame, Evelyne Didi, Yves Ferry, Bruno Geslin, Marion Guerrero, Isabelle Habiague, Richard Mitou, Matthieu Roy et Cyril Teste.
À sa sortie, en 2010, il joue dans La Tempête… de Georges Lavaudant, puis sous la direction de Matthieu Penchinat (George Dandin / Molière), Thomas Bédécarrats (Les Atrides), Fred Tournaire (Douze hommes en colère / Reginald Rose), Tony Cafiero (Celle-là / Daniel Danis), Marie-Claude Morland (Prairie / Frédéric Vossier) et Emmanuel Ray (Caligula / Albert Camus).
Il retrouve ensuite Georges Lavaudant pour Cyrano de Bergerac, rejoint le Ring-Théâtre pour la création d’Edouard II et joue dans PLEINE écrit et mis en scène par Marion Pellissier avec qui il créé la compagnie La Raffinerie en 2013.
Récemment, il a travaillé sur les créations d’André Wilms (Preparadise Sorry Now / R.W. Fassbinder), Marie-Eve Signeyrole (La Soupe Pop / inspiré de l’univers de The Tiger Lilies), Hélène Soulié (Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce / d’après Lola Lafon) et de la compagnie Les Nuit Claires (Souliers Rouges écrit par Aurélie Namur et mis en scène par Félicie Artaud).
Il a également travaillé comme assistant à la mise en scène d’Evelyne Didi (Tout au plus le minime minimum / d’après San Clemente de Depardon) et d’André Wilms (Kasimir und Karoline / Ödön Von Horváth) et tourné sous la direction de Bruno Garcia (Le Bon Samaritain), Olivier Péray (Un soupçon d’innocence) et Merzak Allouache (La Baie d’Alger) ainsi que dans la série Candice Renoir.

AVEC


Raphaële Dupire-Loubaton

Composition, direction et mise en scène

Julien Testard

Voix, corps et manipulation d'objets