GMEM Marseille

9 — 19 juil. 2018

RÉSIDENCE

Sophie Agnel et Lionel Palun

Double Jeu

Sophie Agnel et Lionel Palun — GMEM Marseille
Eric Sneed

Sophie Agnel et Lionel Palun se rencontrent en 2016 pour une première création en duo, now ∞*.
C’est le commencement d’une exploration des interactions possibles entre la vidéo et le piano qui les mène à la création d’un concert de piano augmenté par l’image.
Il s’agissait entre autres de mettre le piano en vibration comme une caisse de résonance du signal vidéo et de fabriquer des archets électroniques pour corde de piano pilotés par l’image.
À travers la magie du feedback vidéo, les manipulations de Sophie Agnel dans les entrailles du piano sont offertes au public sur un écran géant. À partir de ces outils s’initie un dialogue riche, organique et sensible entre deux mondes qui se rencontrent rarement.
Enrichis de cette expérience et tout en conservant leur exigence, ils ont très vite le désir de poursuivre et de «requestionner» la recherche dans une forme tout public (à partir de 6 ans) et d’imaginer ce deuxième duo.
Deux laboratoires menés à Athénor à Saint-Nazaire, en septembre 2016 et en janvier 2017, ont permis à Sophie Agnel et Lionel Palun accompagnés de Bernard Poupart, scénographe et éclairagiste, de commencer la recherche et de poser les enjeux de l’écriture scénique.
La démarche s’oriente vers la construction d’un monde sensible où se croisent et résonnent
les matières : un univers dans lequel les deux artistes se déplacent et construisent devant nous un poème vivant où s’influencent images mouvantes et sons.
Dans l’espace de jeu, tous les éléments, outils et instruments qui composent la double lutherie, musicale et visuelle, sont à vue : les caméras, la table de pilotage, les différents espaces et supports scénographiques de projection d’images, le piano à queue, un piano jouet, des boîtes à musique… De la même manière que la musicienne, l’électro-vidéaste est présent dans l’espace et est donné à voir en train de faire, d’intervenir, de fabriquer l’image. Le geste de l’électro-vidéaste et le geste de la musicienne ont autant d’importance pour le regard et l’écoute : ils écrivent et jouent à deux la «partition».
Les images projetées varient entre matières captées en direct – du piano, des jouets, du geste, de la musicienne… – et matières pré-filmées – oscillant entre réel, imaginaire et abstraction -. Parmi ces dernières, des images des lieux traversés (de la ville, d’un site…) peuvent être intégrées suite à un temps court de repérages et de tournage.
Différents supports composent les espaces de projection pour jouer des matières, des effets, des perceptions : un grand voile de tulle devant le piano à queue, laissant jouer de la transparence avec la présence réelle, un cadre de toile suspendu comme un tableau, référence à la mémoire, un écran de télévision, un rideau de fils, comme une porte «magique».
Dans une succession de tableaux composés à deux, et suivant une trame dramaturgique laissant cours aussi à l’improvisation, ils s’amusent des ambivalences entre le simple et le double, la mémoire et le présent, le réel et l’imaginaire, le petit et le grand, l’absence et la présence : un monde onirique, au-delà du miroir, pour entrer dans l’écoute de la musique de l’image. Une évocation, une référence très lointaine aux «Aventures d’ Alice au pays des merveilles».
Le dispositif d’ensemble privilégie une certaine proximité entre les deux protagonistes et le public invité à entrer dans une relation immédiate au geste, à l’action, à l’instrument, à partager au plus près l’écoute sensible des sons, des images et des matières. Une présence proche des enfants et des adultes aussi essentielle pour les deux artistes.

Production déléguée : Athénor, scène nomade de création et de diffusion, Saint-Nazaire

Coproduction en cours : Athénor, scène nomade de création et de diffusion, Saint-Nazaire – Association 720 digital – Hexagone Scène Nationale Arts Sciences, Grenoble Alpes Métropole – Lieu Multiple à Poitiers – Gmem, CNCM de Marseille. Avec le soutien du Conseil départemental de l’Isère et de la DRAC Rhône-Alpes-Auvergne

Avec la participation du DICRéAM

Projet estampillé TRAS, Transversale des Réseaux Arts Sciences

AVEC


Sophie Agnel et Lionel Palun

conception

Sophie Agnel

piano

Lionel Palun

vidéo

Bernard Poupart

Scénographie et lumières

Brigitte Lallier-Maisonneuve

Collaboration artistique