GMEM Marseille

sam. 4 sept. 2021 | 16h30
dim. 5 sept. 2021 | 10h30

Performance


Musique et danse

Château de Barbirey (21)

En son jardin

Hommage à Frédéric Bonnemaison

En son jardin — GMEM Marseille
Mention : Brice Godard
En son jardin — GMEM Marseille
 

Dans le cadre du Festival Entre Cour et Jardins organisé par Le Dancing – CDCN de Dijon
Le premier week-end du festival rendra hommage à Frédéric Bonnemaison, créateur du festival, disparu en février dernier.
La programmation réunira, du samedi après-midi au dimanche midi dans les Jardins de Barbirey, des artistes qui ont marqué les précédentes éditions. Pour nombre d’entre-eux·elle·s, leur participation au festival aura été leur toute première expérience de l’in situ, comme Boris Charmatz, DD Dorvillier, Emmanuelle Huynh, Julie Nioche, Laurent Pichaud, Philippe Quesne ou Christian Rizzo. Des installations sonores de Sébastien Roux, de Christian Sebille et de la revue WATT, des textes lus de Célia Houdart et des installations vidéos de Sophie Laly, complèteront cette programmation hommage et accompagneront les publics et les proches dans l’intimité d’une nuit à Barbirey.

« Nous avons décidé d’imaginer non pas un projet en référence au passé, mais résolument orienté sur nos préoccupations artistiques présentes, comme une proposition que nous aurions exposée à Frédéric.
Ce qui nous réunit est la question de la nature sur deux axes différents : la nature comme témoin de l’histoire dans un temps immémorial et le paysage comme espace de perception (intérieur et extérieur).
Emmanuelle Huynh développe depuis février 2020 la question mémorielle de l’arbre et l’eau comme témoins d’histoires perdues. Par une danse avec les arbres en des lieux dispersés, elle invoque ce dont les arbres ont été les témoins : Embrasser un arbre c’est embrasser le temps.
Christian Sebille habille le paysage par le son qui s’en trouve transformé, habité par des ailleurs. Une métamorphose de l’espace.
Là où la danse s’adresse au temps, la musique s’empare de l’espace.
Considérer le sol comme une limite entre le dessus et le dessous, permet d’imaginer une permutation qui évoque la racine comme partie invisible de l’arbre. »
Emmanuelle Huynh & Christian Sebille

TARIF


tarif plein 6€ | tarif réduit 3€

Réservations disponibles le 19/08/2021 : 07 78 63 44 15

DURÉE


25'

AVEC


Emmanuelle Huynh

chorégraphie, danse

Christian Sebille

musique, électronique

Nuno Bizarro

regard extérieur

Emmanuelle Huynh

Emmanuelle Huynh, danseuse, chorégraphe et enseignante, a étudié la danse et la philosophie. Son travail explore la relation avec la littérature, la musique, la lumière, l’ikebana (art floral japonais) et l’architecture. Elle crée entre autres Mùa (1995), A Vida Enorme (2002), Cribles (2009), Shinbai, le Vol de l’âme (2009), Spiel (2011),
Tôzai !… (2014).
De 2004 à 2012, elle dirige le Centre national de danse contemporaine à Angers et y refonde l’Ecole en créant notamment la formation « Essais » qui dispense un « master danse, création, performance ».
En 2016, avec Jocelyn Cottencin, ils créent A taxi driver, an architect and the High Line, un portrait de la ville de New York à travers son architecture, ses espaces, ses habitants, composé de films portraits et d’une performance, puis un portrait de Saint-Nazaire en 2019, Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes. Ils poursuivent leur collaboration et réaliseront des portrait(s) sensibles, filmés et dansés de la ville de Sao Paulo au Brésil et de Houston aux Etats-Unis en 2021 et 2022. Elle crée en novembre 2017 une pièce pour 4 danseurs Formation, d’après l’œuvre autobiographique de Pierre Guyotat dans un dispositif plastique imaginé par Nicolas Floc’h. Elle travaille actuellement sur un solo Nuée dont elle sera l’interprète. Il sera créé les 18 et 19 Mars 2021 au Théâtre de Nîmes et explorera la question du cheminement, du parcours autant artistique que personnel.
Le travail d’Emmanuelle Huynh porté par Plateforme Múa, compagnie conventionnée par la DRAC Pays de la Loire – ministère de la Culture et de la Communication, par le Département de Loire-Atlantique et la ville de Saint-Nazaire, s’ancre dans une vision élargie de la danse, produisant des savoirs, des émotions qui modifient la vision que la société peut porter sur elle-même.
De 2014 à 2016, Emmanuelle Huynh est Maître-Assistant associée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Elle intervient actuellement à l’ENSA Nantes-Mauritius.
En septembre 2016, elle est nommée Cheffe de l’Atelier danse, chorégraphie, performance aux Beaux-Arts de Paris.

Christian Sebille

Nommé depuis 2011 à la direction du GMEM, Centre national de création musicale de Marseille, Christian Sebille exerce la double activité de directeur de structure et de compositeur.
Il se consacre dès 1983 à la musique électroacoustique qu’il étudie avec Jean Schwartz et Philippe Prévost (Ircam), puis en 1987 aux musiques mixtes au sein de la Muse en Circuit avec Luc Ferrari.
Dès 1993, il fonde à Reims Césaré, qui deviendra en 2006 Centre national de création musicale et dont les choix artistiques sont tournés vers l’ouverture et la rencontre des disciplines artistiques et des styles. Ainsi, il favorise une recherche sur la diversité et sur les formes nouvelles de (re)présentation de la création musicale.
Le catalogue de Christian Sebille compte plus de soixante œuvres vocales, instrumentales, électroacoustiques et mixtes dont un opéra de chambre (L’alleluiah – George Bataille – commande d’Etat), de nombreuses pièces dédiées au théâtre ou à la chorégraphie (Jean Deloche, Nadège Mac Leay, Emmanuelle Huynh…) et une commande de l’opéra de Limoge pour orchestre, chœur, trois percussions, guitare électrique et trois voix. De 1999 à aujourd’hui, il réalise un large cycle d’installations musicales (Série intitulée Miniatures) dont la onzième commandée par la ville de Dijon est particulièrement ambitieuse, tout comme la treizième conçue pour le château d’If de Marseille.
Parmi les collaborations qu’il développe, celle avec le plasticien Espagnol Francisco Ruiz De Infante donnera lieu à dix années d’échanges aboutissant à une recherche sur le rapport de l’espace plastique et sonore.
Christian Sebille développe une lutherie informatique qui lui permet de s’investir dans le champ de l’improvisation aussi bien en France qu’à l’étranger (Alex Grillo, Didier Petit, Sylvain Kassap, Pablo Cueco, Philippe Foch, Matt Bourne, Chris Sharkey, Christophe de Bezanac…).

LIEU

Château de Barbirey (21)
2 Rue du Château
21410 Barbirey-sur-Ouche