GMEM Marseille

sam. 1 oct. 2022
18h

Performance


Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille

Embrasser un arbre, embrasser le temps

Emmanuelle Huynh et Christian Sebille

Embrasser un arbre, embrasser le temps — GMEM Marseille
 
Embrasser un arbre, embrasser le temps — GMEM Marseille
 
Embrasser un arbre, embrasser le temps — GMEM Marseille
 
Embrasser un arbre, embrasser le temps — GMEM Marseille
 

Dans le cadre de LumiNuit — 3e acte de la célébration du Bicentenaire du Conservatoire Pierre Barbizet

Depuis février 2020, Emmanuelle Huynh déploie un cycle de projets autour des arbres comme témoins du temps. Déployé au Vietnam, au Semnoz et dans les Pouilles, ce cycle fait aujourd’hui escale à Saint-Lyphard, plus précisément sur le Pont de Gras. En résulte un duo danse-musique in situ, inspiré du lieu, de ses paysages mais aussi des rencontres avec des naturalistes de l’agglomération. La danse, le texte et la création sonore transforment et habitent l’espace, en invoquant ce dont les arbres ont été les témoins.

« Ce qui nous réunit est la question de la nature sur deux axes différents : la nature comme témoin de l’histoire dans un temps immémorial et le paysage comme espace de perception (intérieur et extérieur). Par une danse avec les arbres en des lieux dispersés, Emmanuelle Huynh invoque ce dont les arbres ont été les témoins : Embrasser un arbre, c’est embrasser le temps.
Christian Sebille habille le paysage par le son qui s’en trouve transformé, habité par des ailleurs. Une métamorphose de l’espace. Là où la danse s’adresse au temps, la musique s’empare de l’espace. »
Emmanuelle Huynh et Christian Sébille

TARIF


Entrée libre et gratuite

DURÉE


40' environ

AVEC


Emmanuelle Huynh

Conception, chorégraphie & interprétation

Christian Sebille

Conception, musique & interprétation

Amelia Serrano

Administration et développement

Elodie Richard

Production, diffusion et communication

EN SAVOIR +

> LumiNuit

Remerciements à Carole Cosquer, Nathalie Delliouet , Catherine Chebahi, Yannick Le Géles et Alexandre Roccoli.

Production : Plateforme Múa

Co-production : Danse à tous les étages – scène de territoire pour la danse, GMEM, Athénor, scène nomade – CNCM de Saint-Nazaire

Soutiens : Institut français au Vietnam – Villa Saïgon, Ambassade de France en Italie, XFarm à San Vito dei Normanni - Italie, Bonlieu – Scène nationale d’Annecy, Festival Entre cour et jardins – Le Dancing CDCN de Dijon

Plateforme Múa est conventionnée par la DRAC Pays de la Loire - ministère de la Culture et de la Communication, par le Département de Loire-Atlantique et la ville de Saint-Nazaire.

Emmanuelle Huynh

Emmanuelle Huynh danseuse, chorégraphe et enseignante, a étudié la danse et la philosophie. Son travail explore la relation avec la musique, la littérature, la lumière, l’ikebana (art floral japonais) et l’architecture. Elle crée entre autres Múa (1995), A Vida Enorme (2002), Cribles (2009), Shinbaï, le Vol de l’âme (2009), TÔZAI ! (2014), Formation (2017), … Le travail d’Emmanuelle Huynh porté par Plateforme Múa s’ancre dans une vision élargie de la danse, produisant des savoirs, des émotions qui modifient la vision que la société peut porter sur elle-même.

De 2004 à 2012, elle dirige le Centre national de danse contemporaine à Angers et y refonde l’Ecole en créant notamment la formation « Essais » qui dispense alors un Master danse, création, performance. De 2014 à 2016, Emmanuelle Huynh est Maître-Assistant associée à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Elle est intervenue à l’ENSA Nantes-Mauritius de 2016 à 2019. Depuis septembre 2016, Emmanuelle Huynh est Cheffe d’Atelier danse, chorégraphie, performance aux Beaux-Arts de Paris.

En 2016, avec Jocelyn Cottencin, ils créent A taxi driver, an architect and the High Line (2016), un portrait de la ville de New York à travers son architecture, ses espaces, ses habitants, composé de films portraits et d’une performance. Ils poursuivent leur collaboration et réaliseront un portrait sensible, filmé et dansé de la ville de Saint-Nazaire, Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes, (2019). Les portraits de São Paulo au Brésil et Houston aux États-Unis sont en création pour 2022/2023.

Elle est artiste associée pour trois saisons de 2018 à 2021 au Théâtre de Nîmes, scène conventionnée d’intérêt national – art et création – danse contemporaine où elle crée les 18 et 19 Mars 2021 le solo Nuée dont elle est l’interprète et qui explore la question du cheminement, du parcours tant artistique que personnel.

En 2022, elle met en espace et en corps Kraanerg de Xenakis avec Sylvain Cambreling et le Klangforum Wien, Caty Olive, scénographe de la lumière et quatre danseurs, commande du Wiener Festwochen de Vienne.

Christian Sebille

Christian Sebille est compositeur et directeur artistique du GMEM, Centre National de Création musicale de Marseille. Il travaille sur la réalisation d’installations sonores in situ, en particulier dans le cadre d’une série intitulée Miniature. Le lieu de la captation des sons est lié au lieu de leur diffusion dans un rapport de compression d’espace (réduction de l’espace de diffusion par rapport à l’espace de captation) et réduction temporelle (rapport du temps de captation/le temps de diffusion). Par ailleurs, il travaille sur le son concret et sur la capacité du matériau à être en soi son propre diffuseur (l’objet instrument). Le rayonnement de la matière et le mouvement de l’objet sonore jouent l’un de l’autre. Son catalogue compte plus de soixante œuvres vocales, instrumentales, électroacoustiques et mixtes dont un opéra de chambre, de nombreuses pièces dédiées au théâtre ou à la chorégraphie ainsi que des installations musicales. Ses recherches sont essentiellement dirigées vers la notion d’espace et de mouvement dans la musique. À cette hétérogénéité des lutheries, il aime le mélange et la confrontation avec les autres disciplines artistiques, ainsi que les formes nouvelles de (re)présentation de la musique contemporaine.

LIEU

Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille
2 Place Auguste Carli
13001 Marseille


ACCÈS

Métro 2 : Noaille ou Notre Dame du Mont
Tramway 1 : Eugène Pierre
Vélo : 1224, 1228, 1275