GMEM Marseille

mar. 22 juin 2021
19h

Concert


Friche La Belle de Mai – Le Module

La Voix La Langue

Alex Grillo, Édith Azam

Création
2021
Création — GMEM Marseille
La Voix La Langue — GMEM Marseille
© Ninon Dorino
La Voix La Langue — GMEM Marseille
© Ninon Dorino
La Voix La Langue — GMEM Marseille
© Ninon Dorino

« Les mots entendus peuvent-ils se dissoudre dans le son et devenir insensés ? Et ainsi oublier le sens au profit du son seul qui lui n’a jamais eu de sens ? » Julien Blaine

Langues existantes et langues imaginaires, doubles et multiples… sur l’origine des mots, sur la lumière et l’ombre, le visible et l’invisible, le vécu et le devenir… Comment l’abstraction musicale peut-elle générer du sens ?

Ce projet entend interroger la relation des phonèmes et de leur sens, ou plutôt de ce qu’ils provoquent comme polysémies, ce que l’on en perçoit. Il s’agît de ces ambiguïtés entre les concepts et leurs images acoustiques, fabriquant les signes qui ouvrent la voie – les voix – du poétique.
Forts de leurs collaborations antérieures, Edith Azam et Alex Grillo ont le désir de pousser plus loin les limites du rapport auteure/compositeur en imaginant les possibles de ce nouveau projet à partir de collectages sonores et d’ateliers d’écriture. Edith Azam offre une écriture soucieuse du son des mots, la livrant à l’imagination du compositeur qui la transforme en une polyphonie généralisée.

Depuis une vingtaine d’années Alex Grillo explore inlassablement cette relation du mot au son jusqu’à ce que celui-ci s’y cogne. Ses diverses collaborations avec et sur des auteurs l’a amené à rencontrer Edith Azam avec qui il a créé À tue texte, une fanfare textuelle pour l’espace public (Marseille, Calais, Martigues) où le texte parlé était le matériau délivré aux choristes. La Voix La Langue se voudrait être une suite de ce travail en y introduisant la voix chantée et l’électroacoustique tout en conservant le texte parlé, à l’instar d’une poésie sonore.

Sur un projet d’Alex Grillo, construit en résidence de création au GMEM (février et juin 2021) au Césaré-CNCM (novembre 2018 et 2020) , au 3bisF (septembre 2020) et au PIC Télémaque (novembre 2020), et sera aussi présenté au PIC Télémaque le 20 juin 2021 et au 3bisF le 14 juillet 2021.

AVEC


Alex Grillo

compositeur

Édith Azam

auteure

Sébastien Béranger

électronique

Brigitte Cirla

chanteuse et cheffe de chœur

Alain Aubin

chanteur et chef de chœur

Chœur amateur

EN SAVOIR +

> Voix Polyphoniques

> Teaser

Production Voix Polyphoniques

Coproduction 3bis F – Lieu d’arts contemporains, GMEM

Partenariat PIC Télémaque, Césaré-CNCM (Reims)

Alex Grillo

Son parcours est une traversée des genres musicaux : jazz, musiques savantes, traditionnelles ou innovantes, écrites ou improvisées. En France et en Italie – ses pays de naissance et d’adoption – ainsi qu’en Asie, au Moyen- Orient et en Afrique ont eu lieu de nombreuses créations avec des musiciens traditionnels, plus particulièrement pour gamelan javanais. Il a notamment collaboré avec : Steve Lacy, Barre Philipps, François Jeanneau, Didier Malherbe, Michel Godard, Andy Emler, Daunik Lazro, Didier Petit ainsi que Terry Riley, Sapto Raharjo, Jean Schwarz, Luc Ferrari, François Rossé, Christian Sebille, Jean-Yves Bosseur etc. Créateur curieux, il articule des projets aux formes innovantes et collabore avec des milieux variés et souvent inattendus : musiciens, danseurs, comédiens bien entendu, mais aussi poètes, plasticiens et scientifiques.
Il assure la réalisation musicale de projets de compagnies d’arts de la rue, ainsi que différentes commandes d’auteur : celles de Centres Nationaux de Création Musicale (Nice, Marseille, Reims, Alfortville), de l’INA-GRM (composition de pièces électro-acoustiques), mais également des commandes de l’État, du CDN de Nice, du CNRS, du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) ou encore de France-Inter, France-Musique et les ateliers de création radiophonique de France Culture. La poésie et la narration s’associent très naturellement avec son travail de « mise en sons » et depuis 20 ans se multiplient projets et créations avec écrivains et poètes (Nimrod, Daniel Biga, Jean-Luc Raharimanana, Koffi Kwahulé, Édith Azam).

Édith Azam

Ayant horreur des biographies, Édith Azam aime à se présenter de la manière suivante :
A/ Édith Azam, motorisée, auteure, elle a. Est née le deux mais toute seule : cela ne lui fait ni chaud ni froid, elle est vraiment motorisée, en France et à l’étranger. Pour le reste ? Vivre dira toujours mille fois mieux ce qui : m’autorise. Et voilà.
B/ Édith Azam va mettre ses tongs puis faire trois fois le tour du jardin en fermant les yeux. Elle trouvera sans difficulté l’arrosoir à sa gauche, l’odeur de lavande à sa droite et l’herbe sous ses pieds. Elle espère ne pas tomber dans le piège des fourmis, mais dans le nid de la voisine. Elle sera de retour dans un quart d’heure et voilà.
C/ Édith Azam est comme la plupart des gens rénove une maison. Ce n’est pas sa maison. Elle a aussi peint une piscine qui n’est pas sa piscine et ratissé un merveilleux jardin qui n’est pas son jardin. Édith Azam sait qu’elle n’aura jamais de maison de piscine de jardin. La plupart des gens sont comme elle. Ils n’en font pas un drame. Elle non plus. Et voilà.
D/ Édith Azam est comme la plupart des gens, par exemple, cet été, elle a remonté une rivière les pieds dans l’eau tout en riant. Elle a fait trois barrages qui n’ont rien barragé. Elle a fait 12 baignades dans son petit maillot. Réfléchi à des tas de choses. Elle a parlé toute une nuit à son chien, Bulle. Elle lui a parlé jusqu’à ce qu’il lui dise clairement d’arrêter que ça tient pas du tout la route ce qu’elle raconte. Ensuite elle s’est endorme. N’a pas vu l’étoile filante, ni le vœu qui flottait derrière elle. Et voilà.
E/ Édith Azam regarde son chien. Il fume une cigarette, lit un livre sur la mécanique des fluides. Édith Azam hausse un sourcil se dit qu’elle n’y comprendrait rien, qu’il doit sacrément s’ennuyer, son chien, pour en être  lire des livres pareils, qu’il ferait franchement mieux de faire comme elle : ronger son os. Et voilà.

Brigitte Cirla

Brigitte Cirla invente son chemin avec une exigence féconde et une grande curiosité. Chanteuse, comédienne et pédagogue française, elle a travaillé avec la compagnie Zéro de conduite de 1976 à 1979, au Théâtre du Lierre de 1987 à 1990. Elle est directrice de la compagnie de théâtre musical professionnelle Voix Polyphoniques depuis 1991, avec qui elle produit, créée et tourne une vingtaine de spectacles de théâtre musical de Taiwan à Cuba, de la Norvège à l’Espagne, de Bali à Géorgie, de la Lituanie à la Serbie en passant régulièrement par la France, son port d’attache. La Cie est résidente permanente de La Friche la Belle de Mai depuis 1996.
De même, elle a produit le duo vocal et théâtral Nakasoné de 1991 à 1997 et dirigé Dissonantes, spectacle de théâtre musical autour de 3 compositeurs Bartok, Kodaly, Ligeti de 1998 à 2001. Cheffe de choeur, elle dirige et se produit avec des groupes de chanteurs dans plusieurs villes d’Allemagne et de France, dont les chœurs Indéchiffrables à Marseille, ainsi que La Belle Équipe et HOME dont elle est la créatrice.
Elle est aussi co-fondatrice et militante de plus en plus déterminée du mouvement The Magdalena project, créé en 1986, qui s’attache à promouvoir et rendre visible le travail des femmes artistes dans le spectacle vivant.

Sébastien Béranger

Élève d’Emmanuel Nunes, Michaël Levinas, Luis Naón et Michèle Reverdy au CNSMD de Paris, Sébastien Béranger reçoit une formation en analyse, composition et nouvelles technologies appliquées. Parallèlement, il obtient un DEA en Esthétique et sciences de l’art et un doctorat de musicologie.
Compositeur multiforme multipliant les approches du musical, Sébastien Béranger explore entre l’écriture de partitions instrumentales et l’improvisation en electronic live. Sa musique se développe par le biais des mathématiques et génère son matériau en conceptualisant le sonore par la représentation graphique. Il synthétise, confronte, fusionne les idiomes de la musique spectrale, du postsérialisme et des tendances postmodales. À la manière d’un sculpteur, il travaille sur l’espace comme représentation métaphorique des différentes échelles musicales.Premier lauréat de la Fondation Internationale Lili et Nadia Boulanger en 2001-02, il gagne en 2001 le concours Opera Prima Europa (Italie) et remporte des récompenses et bourses de l’Electro-acoustic Composition Competition Música Viva (Portugal), du ZKM’s International Competition for Electroacoustic Music (Allemagne) et de l’Académie des Beaux-Arts (Institut de France).
Sa musique a été jouée par Christophe Desjardins, par les ensembles Accroche Note, Alter Ego, Aleph, Assonance, 2e2m, par le quatuor Axone et l’Ensemble Intercontemporain, et a été notamment programmée dans les festivals Musica, Nuits Bleues, Nicephore Days, Gaudeamus Music Week…

Alain Aubin

Au long de son parcours singulier, ce contre-ténor, compositeur et chef de chœur marseillais s’est produit sur les plus importantes scènes lyriques d’Europe, (Vienne, Bruxelles, Lyon, Montpellier, Paris-Châtelet, Rome, Naples-San Carlo).
C’est Philippe Herreweghe qui a découvert sa voix et son instinct musical, alors qu’il était encore hautboïste à l’Opéra de Marseille. Ses débuts à ses côtés à la Chapelle Royale font de lui un spécialiste des musiques anciennes. Attiré par l’aventure contemporaine, il participe en 1996 à la création de GO-gol de Michaël Lévinas, mis en scène par Daniel Mesguisch (Opéra de Montpellier et Festival Musica de Strasbourg). L’année 97 marque le début d’une collaboration majeure avec le compositeur et metteur en scène Roberto De Simone. En 98, il rencontre Peter Eötvös qui lui confie le rôle d’Olga, dans son opéra en russe Trois Sœurs, à l’Opéra de Lyon sous la direction de Kent Nagano.
Fratris Solis (ode à François d’Assise) est sa première composition, enregistrée en 1993 chez Sonpact. Il compose le final de La Massalia, pour mille choristes, en 1999, (commande de la Ville de Marseille pour le 26ème centenaire). La Cité des Arts de la rue, Lieux Publics lui commande en 2006 la création musicale N’écoutez pas!. Depuis, il a composé la musique pour chœur et la musique de scène de Sainte Jeanne des abattoirs de Bertolt Brecht. Cette expérience avec des amateurs lui a permis d’élaborer un langage musical adapté à la transmission orale. Le Centre Culturel Français de Phnom Penh l’a accueilli en résidence avec Catherine Marnas, pour une création musicale sur le conte Khmer Les deux perdrix, mêlant voix, musique électronique et instruments traditionnels. Cette invitation s’est renouvelée pour L’Affaire de la rue de Lourcine de Labiche.

LIEU

Friche La Belle de Mai – Le Module
gmem-CNCM-marseille
41, Rue Jobin
13003 Marseille


ACCÈS

Entrée 1 (piétons) :
41 rue Jobin - 13003 Marseille
Entrée 2 (piétons & voiture) :
12 rue François Simon - 13003 Marseille

Parking sur place
Bus Ligne 49 ou 52 : Belle de Mai La Friche
Bus de nuit : Ligne 582 : Belle de Mai La Friche
Borne Vélo : 3321 Rue Jobin