GMEM Marseille

du mer. 1 au dim. 12 juin 2022

Installation sonore


immersive

La Criée – Théâtre National de Marseille

Paysage de propagations #3 « Fusion »

Christian Sebille

Création
2021
Création — GMEM Marseille
Paysage de propagations #3 « Fusion » — GMEM Marseille
© Pierre Gondard
Paysage de propagations #3 « Fusion » — GMEM Marseille
© Christian Sebille
Paysage de propagations #3 « Fusion » — GMEM Marseille
© Pierre Gondard
Paysage de propagations #3 « Fusion » — GMEM Marseille
© Pierre Gondard

Paysage #3 Fusion est présenté lors de l’exposition « Feux Sacrés »
Exposition coproduite par le Cirva et la Criée, en partenariat avec le GMEM, avec la participation de Duuu radio

Le Cirva et la Criée invitent le·la spectateur·trice à entrer dans le verre par la porte du Théâtre, transformé pour lors en centre d’art. Sur place, une exposition d’œuvres se déploie dans le hall, et une installation imaginée par Macha Makeïeff et Stanislas Colodiet dans la petite salle du théâtre, présente des pièces volontairement inachevées, choisies comme des fragments de recherche, des essais, des échecs, des récits ouverts à l’imaginaire, sur une bande son composée par Duuu radio. Au rez-de-chaussée, une sélection de photographies de Morteza Herati capture les expériences menées au Cirva, et Christian Sebille présente son installation Paysage de propagations #3 Fusion, orchestre de pièces en verre conçues et réalisées en résidence au Cirva.

Une occasion de découvrir des situations nouvelles autour du verre, à la convergence des arts plastiques et du spectacle vivant, alors même que l’Assemblée générale des Nations Unies consacre 2022 « année internationale du verre ».

Vernissage : mercredi 1er juin de 18h à 19h
intégré au programme du festival du Printemps de l’art contemporain

Exposition ouverte du 02 au 13 juin
de 12h à 18h et les soirs de spectacle
Fermée les 06 et 12 juin

Pour le troisième opus de Paysage de propagations, Christian Sebille et Francisco Ruiz de Infante ont décidé d’intervertir les rôles.
Francisco Ruiz de Infante y présente les pièces en verre comme extraites d’un champ d’excavation de fouille, telles des objets témoignant d’un temps ultérieur. Sur le carré blanc, les pièces sorties de terre reviennent à la vie par leurs mises en résonance et leurs éclats sonores qui témoignent de la résurgence des mémoires. Ainsi, la transmission n’est plus vaine et les pièces de verre propagent leurs ondes. Le son est la prolongation de la forme des pièces de verre, issues de la boule incandescente de leurs naissances. Elles enveloppent l’espace de vibrations rouges, comme un retour à l’origine.

« Un espace… Un pré carré mécanique et organique au même temps. Un désir incandescent de maitriser le beau désordre de quelques respirations fossilisées dans des boules transparentes. Le mot « désordre* », pour certains évoque un cauchemar domestique. Il nous convient ; il nous rassure aussi, car tout ordre peut devenir facilement effrayant. L’ordre fait peur parce qu’il nous attire avec la même force que le désordre nous porte. Si nous existons et si un espace vibre, c’est probablement à cause de ces va-et-vient. Comment construire une archéologie en transition ? Un potentiel fragile qui, amplifié par la résonance de quelques peaux transparentes et quelques souvenirs du feu, puisse composer un espace-temps énigmatique avec lequel vibrer ? Voilà des formes improbables générées grâce aux désirs du son ! Voilà les marteaux pour provoquer la réaction de l’air fossilisé dans l’air du présent ! Voilà les ombres pour expliciter des mouvements presque invisibles ! Et voilà aussi les scanners pour éclairer, souligner et cacher ces souffles vitrifiés. Et voilà donc ces regards mécaniques qui balaient les transparences et les corps. Ces regards qui, en regardant tout, ne voient rien… pour mieux laisser entendre l’orchestre. »
Francisco Ruiz de Infante *Désordre, de Jean-Claude Carrière, 2012, Éd. André Versaille

TARIF


Entrée libre

AVEC


Christian Sebille

conception et composition

Maxime Lance, Vivien Trelcat et Nicolas Canot

Collectif Sonopopée, dispositif mécanique et numérique génératif

Équipe du CIRVA

production et réalisation verre

Francisco Ruiz de Infante

plasticien

Benoit Fremaux

constructeur

Matthieu Girard

régisseur général

Damien Ripoll, Guillaume Orhel

régisseurs son

À TÉLÉCHARGER

> Dossier artistique

EN PARTENARIAT AVEC : LA CRIÉE - THÉÂTRE NATIONAL DE MARSEILLE

PRODUCTION : GMEM et CIRVA, CENTRE INTERNATIONAL DE RECHERCHE SUR LE VERRE ET LES ARTS PLASTIQUES

EN PARTENARIAT AVEC : Saint-Ex, culture numérique (Reims
)

Lauréat du dispositif pour la création artistique multimédia et numérique (DICRéAM)

DÉVELOPPEMENT DES DISPOSITIFS MÉCANIQUES ET INFORMATIQUES : COLLECTIF SONOPOPÉE



REMERCIEMENTS : RESO-NANCE & FABLAB LFO

Équipe du Cirva :
Christelle Notelet, responsable d’atelier
Valérie Olléon, technicienne verrière
Fernando Torre, David Veis, Cyrille Rocherieux, souffleurs maîtres verrier

Teaser officiel «Paysage de propagations #1 Matrice» — Christian Sebille
Paysage de propagations — Résidence de Christian Sebille au Cirva (Épisode 1)
Paysage de propagations — Christian Sebille (Épisode 2)
Paysage de propagations — Christian Sebille (Épisode 3)

Christian Sebille (fr)

Christian Sebille est compositeur et directeur artistique du GMEM à Marseille.
Il travaille sur la réalisation d’installations sonores in situ, en particulier dans le cadre d’une série intitulée Miniatures. Le lieu de la captation des sons est lié au lieu de leur diffusion dans un rapport de compression d’espace (réduction de l’espace de diffusion par rapport à l’espace de captation) et réduction temporelle (rapport du temps de captation/le temps de diffusion).
Par ailleurs, il travaille sur le son concret et sur la capacité du matériau à être en soi son propre diffuseur (l’objet instrument). Le rayonnement de la matière et le mouvement de l’objet (sonore) jouent l’un de l’autre.

Collectif Sonopopée (fr)

Sonopopée est un regroupement d’artistes musiciens, qui se donne pour mission de favoriser l’accès aux technologies sonores et aux nouvelles lutheries numériques. Compositeurs, improvisateurs, et développeurs aussi bien informatiques qu’électroniques, les membres du collectif mettent leurs compétences et leur complémentarité au service de projets artistiques variés. Avec un goût prononcé pour l’échange et la transmission, Sonopopée cherche à favoriser l’émergence de pratiques innovantes par le biais d’ateliers autour d’installations sonores interactives et ludiques, tel De oratore, Memoriff, Stationhair… Depuis 2018, le collectif Sonopopée est hébergé par la pépinière de L’Esad de Reims, dans le cadre du programme DesignR. Sonopopée est responsable de l’enseignement de la création sonore à l’Esad de Reims.
— www.edukson.org/sonopopee-et-leducation-au-sonore

Francisco Ruiz de Infante (es)

Né en 1966 à Vitoria-Gasteiz (Espagne). Artiste hors-format, il appartient à une génération dont la sensibilité est marquée par la rencontre et la confrontation des machines audiovisuelles avec les matériaux les plus simples, voire les plus quotidiens. Il jongle sans complexes entre la haute technologie et le bricolage d’urgence pour construire ses installations et ses films. Dans son œuvre, il reconstruit la manière dont fonctionne la mémoire lorsqu’elle nourrit le présent : par saccades pleines d’erreurs d’information, ou comme un torrent d’images qui recommencent sans fin

Cirva

Le Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques (Cirva) est un centre d’art qui place la création au cœur de son projet. Occupant une position singulière sur la scène mondiale depuis 1983, il invite des artistes et des designers à travailler une matière précise, le verre, avec une totale liberté. Ils sont accueillis dans l’atelier du Cirva aux côtés d’une équipe de techniciens verriers de très haut niveau avec laquelle débute un dialogue. Cet échange se développe dans le temps, une ressource précieuse que le Cirva cultive en prenant la précaution de ne pas déterminer à l’avance la durée de chaque collaboration. Cet outil offre l’opportunité de mener de s expérimentations audacieuses où les chemins sans limite de la pensée rencontrent une matière réputée complexe et imprévisible. Le Cirva est une association à but non lucratif, reconnue d’intérêt général, qui est accompagnée depuis sa création par le ministère de la Culture / direction régionale des affaires culturelles Provence-AlpesCôte d’Azur, par la Ville de Marseille, par le conseil régional Sud Paca et par le conseil départemental des Bouches-du-Rhône.
— www.cirva.fr

LIEU

La Criée – Théâtre National de Marseille
30, Quai de Rive Neuve
13007 Marseille


ACCÈS

Métro Ligne 1 : Arrêt vieux-port
Bus Lignes 82, 82S, 83, 583 :
Théâtre La Criée
Voiture : Parking Vieux-Port La Criée Indigo