GMEM Marseille

novembre 2018 — juillet 2019

Projet participatif


Etang de Berre

Pétrole

Projet artistique d'itinérance

Pétrole — GMEM Marseille
© DR
Pétrole — GMEM Marseille
© Céline Guingand
Pétrole — GMEM Marseille
© Céline Guingand
Pétrole — GMEM Marseille
© Céline Guingand

2018

En résidence sur le pourtour de l’Étang de Berre depuis un an et demi, Christian Sebille glane expériences et rencontres pour confectionner sa palette sonore. Interviews d’habitants, de travailleurs ou de promeneurs, prises de sons des ports ou des usines, des paysages et des plages, enrichissent la collection des sons qui serviront de base aux compositions. En 2018, en résidence au sein du lycée technique Jean Moulin à Port de Bouc et du Centre d’Art Fernand Léger, Christian Sebille et Philippe Foch, après de nombreux moments de présence ont réalisé une première série de concerts et de performances dans des lieux improbables (Lycée, Musée ou piste d’aérodrome du MACAP, Association d’aéromodélisme).

Avec le percussionniste, les deux musiciens écoutent l’identité sonore des espaces, puis construisent l’instrumentarium utilisé pour le concert. Le résultat est un dialogue entre le paysage sonore et sa métamorphose, entre le percussionniste et l’électronique qui le transforme, entre la réalité des sons et les volutes de leurs mouvements. Sous le chapeau de concert radiophonique (présenté comme dans un studio de radio), ils ont présenté une seconde version du projet au festival Les Instants Fertiles à Saint Nazaire en novembre 2018.

2019

Le projet itinérance Pétrole continuera à se développer et s’articulera autour de plusieurs actions :

La présence en itinérance et en action | Conservatoire Martigues – Port de Bouc
Une présence régulière au Conservatoire de Martigues va permettre d’engager trois types d’ateliers. Le premier avec trois professeurs du Conservatoire va permettre de créer une nouvelle version du concert en utilisant une nouvelle palette sonore. Le second concerne les élèves des classes de piano, percussion, clarinette et violoncelle qui participeront à un atelier improvisation et électronique. Le troisième regroupera un groupe d’élèves sur l’enregistrement du paysage (field recording), le traitement et la composition électronique.
Coordination : Philippe Festou

Trois concerts avec les professeurs et les élèves seront donnés en fin d’année
Les périodes de résidence, seront au service de l’élaboration des créations avec les professeurs. Des master classes avec Philippe Foch participeront à la recherche et l’expérimentation. L’ensemble du travail en immersion sera au service des productions finales. Les concerts seront présentés dans des lieux improbables : pêcherie, domaine viticole, granges… ou des lieux de spectacles comme Les Salins, Scène nationale de Martigues.

Les élèves seront invités à plusieurs reprises, à assister à des actions pédagogiques liées à l’activité du gmem mais aussi à des spectacles programmés dans le cadre du festival Les Musiques.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS
MER. 26 JUIN — 17H et 20H
Concerts au Fort de Bouc, Martigues

AVEC


Christian Sebille

Coordination artistique et composition

Philippe Foch

Percussions et composition

Ensemble Yin

Philippe Festou

clarinette

Hélène Pereira

piano

Damien Louis

percussions

Sur le territoire de l’Etang de Berre, avec l'aide de la DRAC Paca et du réseau Canopé, en partenariat avec le Lycée professionnel Jean Moulin à Port-de-Bouc, le Théâtre des Salins – scène nationale de Martigues et le Site Pablo Picasso, le Conservatoire de musique et de danse de Martigues

Christian Sebille

Nommé depuis 2011 à la direction du GMEM, Centre national de création musicale de Marseille, Christian Sebille exerce la double activité de directeur de structure et de compositeur.
Il se consacre dès 1983 à la musique électroacoustique qu’il étudie avec Jean Schwartz et Philippe Prévost, (Ircam), puis en 1987 aux musiques instrumentales et mixtes au sein de la Muse en Circuit avec Luc Ferrari et au CNSMD de Paris avec Mickaël Levinas.
Dès 1993, il fonde à Reims Césaré, qui deviendra en 2006 Centre National de Création Musicale et dont les choix artistiques sont tournés vers l’ouverture des esthétiques et le croisement des disciplines artistiques. Ainsi il favorise une recherche sur la diversité et sur les formes nouvelles de (re)présentation de la création musicale.
Le catalogue de Christian Sebille compte plus de soixante œuvres vocales, instrumentales, électroacoustiques et mixtes dont un opéra de chambre (L’alleluiah – George Bataille – commande d’Etat), de nombreuses pièces dédiées au théâtre ou à la chorégraphie (Jean Deloche, Nadège Mac Leay, Emmanuelle Huynh, Clara Cornile…), une commande de l’opéra de Limoge pour orchestre, chœur, trois percussions, guitare électrique et trois voix solistes (2010).
Une autre série nommée « Villes imaginées » pour voix solistes, instruments et électronique donnera lieux à sept pièces composées à partir de prises de sons réalisées dans chaque ville selon un processus déterminé.
Depuis 1999 et jusqu’à 2013, il a réalisé un large cycle d’installations musicales (Série intitulée « Miniatures ») dont la onzième commandée par la ville de Dijon (2010) est particulièrement ambitieuse, tout comme la treizième conçue pour le château d’If de Marseille (2013).
Parmi les collaborations qu’il développe, celle avec le plasticien Espagnol Francisco Ruiz De Infante donnera lieu à dix années d’échanges aboutissant à une recherche sur le rapport de l’espace plastique et sonore. Il en sortira un triptyque constitué d’un film (La Pierdra de Nova York), d’une installation et d’une performance (Sinfonia).
Christian Sebille développe une lutherie informatique qui lui permet de s’investir dans le champ de l’improvisation aussi bien en France qu’à l’étranger (Alex Grillo, Didier Petit, Sylvain Kassap, Pablo Cueco, Philippe Foch, Matt Bourne, Chris Sharkey, Christophe de Bezanac, Jean-Marc Montera).
Ces pratiques de composition électronique, mixte et d’improvisation et sa passion pour la notion d’espace et de paysage se synthétisent dans l’écriture des « concerts radiophoniques », pièces qui mettent en scène musiciens, comédiens, bruiteurs et techniciens et restitue une création radiophonique sur scène. Après la Haute Marne et la Martinique, la mise en miroir de la ville de Donges (2015) et de l’Étang de Berre (2018), deux paysages de raffineries pétrolières où les narrations, ont été un champs d’investigation sur la question de l’acte politique dans sa pratique artistique.

LIEU

Etang de Berre