GMEM Marseille

Concert


Fresque

Claudine Simon, Christian Sebille

Fresque — GMEM Marseille

D’après Préludes et Images de Claude Debussy 

L’idée première de ce projet consiste à travailler le musical, le sonore, comme notamment dans l’œuvre de Jacques Perconte, qui explore la création picturale, avec l’image, la matière visuelle.
Il ne s’agit pas de trouver des équivalences entre peinture et musique dite « impressionniste », terme dont on a qualifié l’œuvre de Debussy et que lui-même a récusé. L’idée consiste plutôt d’établir des ponts entre patrimoine, création et technologie.

Les œuvres Préludes et Images de Claude Debussy seront mises en lumière à travers un travail de création sonore expérimentale, issu du piano préparé.
À partir d’une Cathédrale engloutie, ou encore Des pas sur la neige, il s’agira de prélever directement (ou par réminiscences) des extraits de ces pièces qui vont être ralentis, zoomés, « pixellisés » en tant qu’images sonores, mais aussi jouer sur les vitesses, les matières, les plans et profondeurs pour trouver des rendus plus abstraits, sorte de chimie harmonique déjà bien présente chez Debussy.

Christian Sebille recompose en temps réel ces matériaux à partir des improvisations qui alternent entre les matériaux « prélevés » et ceux librement improvisés au piano préparé. Par les microphones venant capter les timbres de l’instrument, le son est diffusé, transformé et spatialisé sur un système multiphonique de haut-parleurs.
Cet ensemble permet de décupler les possibilités des timbres du piano et ses interactions, ainsi qu’une mutation, une dérivation de l’instrument avec la boucle microphone-ordinateur-haut-parleur transducteur/contact.

Il s’agit dans ce projet d’intégrer « en temps réel » le flux d’informations de chaque interprète, sorte d’intense synthèse génératrice de nouvelles combinaisons, de nouvelles intensités, par des algorithmes ou effets qui viendront traiter, parasiter, altérer, compresser les pièces dites « impressionnistes », envisagées comme de nouvelles couches à explorer.

EN TOURNÉE EN 2022

9 mai 2022 — Concert en public dans le cadre de l’émission “ Carrefour de la Création” sur France Musique (Paris, 75)
16 septembre 2022 — Bel-Air Clavier Festival, Malraux scène nationale (Chambéry, 73)

AVEC


Claudine Simon

piano préparé

Christian Sebille

électronique en temps réel

Production
GMEM — Centre national de création musicale

Session improvisation à Marseille

Claudine Simon

Claudine Simon est pianiste, improvisatrice, performeuse. Elle mène un travail de création sonore et pluridisciplinaire avec des chorégraphes, metteur·euse·s en scènes… Il s’agit pour elle d’établir des liens, des passerelles entre nos sensibilités, nos perceptions mais aussi entre nos savoirs-faire et nos savoirs-éprouver.
Formée au CNSMD de Paris auprès de Jean-François Heisser, Marie-Josèphe Jude et Pierre-Laurent Aimard, elle fait de nombreuses rencontres qui nourrissent son parcours. Comme soliste ou comme chambriste, elle se produit régulièrement dans de nombreux lieux en France ou à l’étranger.
Sa relation à l’improvisation a pris corps durant ses études au CNSMD de Paris lors de sa rencontre avec Alain Savouret. Depuis, elle s’enrichit en permanence des échanges avec les compositeur·rice·s et improvisateur·rice·s avec qui elle collabore (Samuel Sighicelli, Elise Dabrowski, Jocelyn Mienniel…) et de la mise en œuvre des projets qu’elle initie. Elle développe actuellement Pianomachine, associant recherche musicale (entre écriture et improvisation), dramaturgique et chorégraphique.

Christian Sebille

Christian Sebille est compositeur et directeur artistique du GMEM, Centre National de Création musicale de Marseille. Il travaille sur la réalisation d’installations sonores in situ, en particulier dans le cadre d’une série intitulée Miniature. Le lieu de la captation des sons est lié au lieu de leur diffusion dans un rapport de compression d’espace (réduction de l’espace de diffusion par rapport à l’espace de captation) et réduction temporelle (rapport du temps de captation/le temps de diffusion). Par ailleurs, il travaille sur le son concret et sur la capacité du matériau à être en soi son propre diffuseur (l’objet instrument). Le rayonnement de la matière et le mouvement de l’objet sonore jouent l’un de l’autre.
Son catalogue compte plus de soixante œuvres vocales, instrumentales,  électroacoustiques et mixtes dont un opéra de chambre, de nombreuses pièces dédiées au théâtre ou à la chorégraphie ainsi que des installations musicales. Ses recherches sont essentiellement dirigées vers la notion d’espace et de mouvement dans la musique. À cette hétérogénéité des lutheries, il aime le mélange et la confrontation avec les autres disciplines artistiques, ainsi que les formes nouvelles de (re)présentation de la musique contemporaine.