GMEM Marseille

1 — 2 juil. 2021

RÉSIDENCE ARTISTIQUE

Gurshad Shaheman, Lucien Gaudion

Les Forteresses

Gurshad Shaheman, Lucien Gaudion — GMEM Marseille

Un projet de Gurshad Shaheman et de la Compagnie La Ligne d’Ombre
Le GMEM accueille cette résidence de création sonore avec Lucien Gaudion


« Pendant les huit ans de guerre
Ton père travaillait au front
Il était missionné par le gouvernement pour reconstruire les routes bombardées par les Iraquiens
Il t’emmenait quelques fois avec lui
Et deux fois
Il m’a aussi prise avec vous
La première fois J’étais enceinte de ta soeur
Je n’oublierai jamais ce voyage
J’avais fait des photos qui auraient été historiques si je n’avais pas perdu l’appareil photo et les pellicules au retour
Des photos dignes d’un reporter de guerre
Je me souviens de vastes palmeraies intégralement brulées
Le soleil se couchait
De part et d’autre de la route
Il y avait ces immenses palmiers calcinés
Dressés dans la lumière orange
Comme des allumettes géantes consumées
Plantées dans le sol à perte de vue
Tu te souviens de ce voyage ? »
Les Forteresses, extrait.


À partir d’interviews que Gurshad Shaheman a menées auprès de sa mère et de ses deux tantes, il a écrit trois monologues entrelacés retraçant leurs vies. Elles sont toutes les trois nées en Iran au début des années 1960. Militantes de gauche, elles ont fait la révolution de 1979, connu la désillusion après l’islamisation du pays, vécu 8 ans de guerre… Puis, dans les années 1990, deux d’entre elles ont décidé de quitter l’Iran: sa mère, pour la France et sa sœur cadette, pour l’Allemagne. La dernière est restée en Iran. Aujourd’hui, Gurshad les invite toutes trois sur scène à se raconter au présent et à jouer des bribes de leurs passés. Dans une géographie éclatée entre l’Europe et l’Iran, Les Forteresses déroule pour le spectateur le récit de ces trois destins hors du commun, à la fois conjoints et séparés, exemplaires et universels, où l’intime et le politique sont inextricablement mêlés. À travers trois monologues entrelacés, chacune passe en revue son enfance, la relation aux parents, les études, l’engagement politique, le rapport aux hommes, au mariage, à la maternité, à dieu, à l’exil… Leurs voix se succèdent et se complètent, tissant un réseau de sensations et d’idées, dressant trois paysages intimes enchevêtrés où chacune fait pour soi-même le bilan de sa vie à l’approche du crépuscule.

Gurshad Shaheman

Gurshad Shaheman a été formé à l’École Régionale d’Acteurs de Cannes et Marseille (ERACM). En tant qu’acteur, assistant à la mise en scène ou encore traducteur du persan, il a notamment collaboré avec Thierry Bédard, Reza Baraheni, Thomas Gonzalez ou Perrine Maurin.
Depuis 2012, Gurshad écrit et interprète ses propres performances. Sa trilogie, Pourama Pourama, toujours en tournée, est publiée aux éditions Les Solitaires Intempestifs. Lauréat 2017 du prix Hors les Murs de l’Institut français, il est parti à Athènes et à Beyrouth à la rencontre de réfugiés LGBT en préparation du spectacle Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète, créé au festival d’Avignon 2018. Le texte, traduit en suédois par Sophia Norlin, a également fait l’objet d’une lecture au théâtre Unga Klara de Stockholm.
Aujourd’hui, Gurshad est artiste associé au théâtre Les Tanneurs à Bruxelles où il a crée Silent Disco, projet citoyen mené avec des jeunes gens en rupture avec leurs familles. En France, il est accompagné par Le Phénix, scène nationale de Valenciennes dans le cadre du Campus du Pôle européen de la création. En 2019, il crée sa compagnie La Ligne d’Ombre, implantée dans les Hauts de France.
Actuellement, il travaille à la mise en scène de Les Forteresses (Création 2021), texte pour lequel il a obtenu la bourse Beaumarchais de la SACD ainsi que le prix ARTCENA. En 2021, outre ses propres projets, on le verra en tant qu’interprète en tournée dans Bright Room de Tony Kushner mis en scène par Catherine Marnas et dans After de Tatiana Julien. Comme pédagogue, il intervient à l’ERACM, dans divers conservatoires en France, ainsi que dans l’antenne belge du Cours Florent à Bruxelles.

La Ligne d’Ombre - Compagnie

En octobre 2019, Gurshad crée La Ligne d’Ombre, compagnie dont il assure la direction artistique et dont le siège social est fixé au Favril, au cœur de l’Avénois dans les Hauts-de-France.
Sur ce territoire, la compagnie bénéficie du soutien de la Chambre d’eau où Gurshad a effectué deux résidences d’écriture par le passé. Trois autres structures de la région, déjà partenaires des précédentes créations du metteur en scène, se sont engagées à accompagner les projets de la compagnie sur les trois années à venir. Il s’agit du Phénix où Gurshad est accompagné depuis 2017 dans le cadre du pôle européen de la création, du Manège à Maubeuge et de la Maison de la Culture d’Amiens.
Dans les années à venir, le projet de la compagnie va se developper selon deux axes distincts et complémentaires, constitués de créations et d’actions sur le terrain. Pour mieux comprendre la démarche, il est important de revenir un instant sur les travaux précédents. Le travail de Gurshad Shaheman prend toujours sa source dans le réel sans pour autant être du théâtre documentaire pur. Pour sa première pièce, la trilogie Pourama Pourama, il s’est pris lui-même comme sujet d’étude: revisitant dans un récit fleuve de 4 heures et demi son enfance dans l’Iran des années 80, son adolescence en exil en France et sa vie de jeune adulte en quête d’amour. Pour son deuxième projet d’envergure, Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète, Gurshad est parti au Liban et à Athènes pour réaliser des entretiens auprès d’exilés issus du Moyen-Orient ou du Maghreb. La pièce est une compilation de mémoires d’individus qui ont traversé des moments tragiques de notre histoire contemporaine. Le spectacle constitue comme une cartographie intime de l’exil. Pour sa troisième création, Les Forteresses, il revient sur son histoire familiale et se met en scène au milieu des femmes de sa famille. Parallèlement, il travaille à la création de Silent Disco, projet porté par le théâtre des Tanneurs à Bruxelles qui met en scène dix jeunes gens en rupture avec leur famille. La première de ce spectacle aura lieu en avril 2021 à Bruxelles.

Lucien Gaudion

La musique de Lucien s’inscrit dans une démarche expérimentale. Il fabrique des environnements sonores et des installations.
Après des études de graphisme, il intègre une classe de composition en musique électroacoustique au conservatoire de Marseille sous la direction de Pascal Gobin. En 2009, il fonde avec Bertrand Wolf et David Merlo les éditions phonographiques daath records. Parallèlement, il compose la musique des mises en scènes et lectures de Thomas Gonzales et signe les bandes son des spectacles et performances de Gurshad Shaheman. En 2013, il participe à des ateliers sur les lutheries électroniques OMNI de Patrice Moullet sous la tutelle de Guy Reibel, pionnier de la musique concrète. Il est aussi sélectionné pour le prix de la fondation Destellos, art science et technologie pour la pièce électroacoustique Vulcano. En 2016, il est en résidence au laboratoire Musique et Informatique Marseille, il y rencontre Benjamin O’Brien qui jouera la même année sa pièce mixte pour guitare et électronique Septembre à The Bridge, Progressive Arts Initiative Charlottesville (USA). Il participe à l’exposition Good luck archeologist à Maribor (Slovénie) où il présente la performance T.O.C. Par ailleurs, il intègre le collectif Soma avec lequel il conçoit des performances audio-tactiles. En 2017, il est accueilli en résidence au centre national de création musical GMEM pour élaborer de nouveaux projets.

AVEC


Gurshad Shaheman

Texte et mise en scène

Saeed Mirzaei

Assistant mise en scène

Guilda Chahverdi, Mina Kavani, Shady Nafar

voix

Gurshad Shaheman & les femmes de sa famille

jeu

Lucien Gaudion

Création sonore

Mathieu Lorry-Dupuy

Scénographie

Jérémie Papin

Lumières

Youness Anzane

Dramaturgie

Pierre-Éric Vives

Régie générale

Nina Langhammer

Costumes

Jérémy Meysen

Régie plateau et accessoires

Production / diffusion

Les Rencontres à l’échelle - B/P
Coproduction

Les Rencontres à l’échelle - B/P ; le phénix, scène nationale Valenciennes ; TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine ; Pôle arts de la scène - Friche la Belle de Mai ; CCAM Scène Nationale de Vandoeuvre ; Le Carreau scène nationale de Forbach et de l’Est Mosellan ; Le Théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national art et création - nouvelles écritures Maison de la Culture d’Amiens
Soutiens

DRAC Hauts-de-France ; Région Hauts-de-France ; Fonds SACD Théâtre ; Spedidam. Ce projet a bénéficié de l’aide à l’écriture de l’association SACD-Beaumarchais (2019), et de l’aide à la création ARTCENA