GMEM Marseille

23 — 26 mars 2021

RÉSIDENCE ARTISTIQUE

Lion’s Drums

Kabagas

Lion’s Drums — GMEM Marseille
© Julien Gathy
Lion’s Drums — GMEM Marseille
© Julien Gathy

Résidence de création
Sortie de résidence : 26 mars 2021

« En mai 2019, j’ai enregistré un album dans un village Kagaba (ou Kogi*) dans la Sierra Nevada près de Santa Marta en Colombie.

Les Kagabas sont un peuple autochtone qui se considère comme le gardien de la Terre, et s’inquiète des dynamiques destructrices des sociétés contemporaines. La montagne colombienne, leur maison, fonctionne comme un microcosme, un miroir de la planète où se reflète chacun de ses écosystèmes. Les modes de vies ravageurs qui découlent des idéologies capitalistes dégradent leur environnement ce qui, depuis les hauteurs de la montagne, les renseigne sur l’évolution du monde dans son ensemble. Le chant est un élément central de la culture Kagaba, notamment car c’est une manière de se connecter à l’environnement. Il existe par exemple la chanson du singe, du cerf, du serpent – chanter permet de se sentir en sécurité parmi ces animaux et ces concepts, de vivre paisiblement avec eux sans peur et sans avoir besoin de les repousser, permettant une connexion permanente entre la vie et la mort.

Au sein de cette société fondée sur l’oralité, la musique et le chant assurent la transmission de la mémoire et du savoir à travers les générations. Le désastre écologique en cours, les incertitudes des temps actuels et la tentation pour de nombreux.ses jeunes de quitter la montagne pour la vie urbaine rendent cette transmission d’autant plus cruciale. L’enregistrement et la circulation de ces chansons est un sujet qui est venu régulièrement lors de nos échanges avant ma visite et pendant mon séjour, et nous avons décidé de placer les chants au centre de ce projet musical.

J’ai été accueilli au sein de cette communauté pendant une semaine, principalement aux côtés du Máma du village (les Mámas sont des guides spirituels et intellectuels qui sont dépositaires de la mémoire de la civilisation) et de son fils Camilo, avec la précieuse aide de Franz qui dirige l’organisation Native et travaille avec les Kagaba depuis quinze ans. L’album combine des chansons, des enregistrements du village et de la nature environnante ainsi que des compositions musicales réalisées dans mon studio. La communauté qui m’a accueillie a apprécié le résultat et a autorisé la sortie de l’album. Conscient des responsabilités qui découlent de cette confiance, j’ai décidé de sortir cet album sur mon propre label et les bénéfices seront reversés à l’organisation Nativa pour soutenir son combat pour la reforestation et la restitution des terres. »

Harold Boué

Connu sous le nom d’Abstraxion et Lion’s Drums, Harold Boué est un producteur et Dj basé à Marseille. Abstraxion signe ses premiers morceaux en 2005, et sa discographie compte aujourd’hui une bonne quinzaine d’EPs et deux albums (Break of Lights, 2013, sur le label de Nicolas Jaar, Other People ; She Thought She Would Last Forever, 2016). Sorti en mai 2019 sur le label Dischi Autunno de Jennifer Cardini, son dernier EP, Black Vulture, comporte notamment des remixes de Black Merlin et Interstellar Funk.
Harold se lance en 2018 dans l’exploration de nouveaux territoires/paysages musicaux avec Lion’s Drums, qu’il développe désormais en parallèle du projet Abstraxion. À l’image de sa ville, Marseille, ce nouveau projet est rough, gorgé de lumière et traversé de nombreuses influences. Toujours en quête de drums spéciales et des disques rares, Lion’s Drums signe un son d’une vibration puissante et pure, porté par une mécanique tribale qui dresse naturellement un pont entre la technologie actuelle et une forme de transe ancestrale. Il sort sur le label Hivern Disc de John Talabot un premier EP éponyme incluant notamment un morceau co-signé avec Fantastic Man, suivi d’un deuxième EP chez les berlinois Cocktail d’Amore, puis propose une version acide psychédélique du titre Goca Dunya du groupe turc Altin Gün.
Avec son partner in crime de toujours, DC Salas, Harold co-dirige le label Biologic records qui, parmi ses artistes les plus récemment signé.e.s, compte Matisa, Glitter ou encore Malcolm. Harold a parcouru le globe, parfois accompagné de volumineux synthèses vintages pour ses performances live ou dj set sur des scènes parmi les plus prestigieuses telles que le Pitchfork festival, Berghain – Panorama-bar, partageant à l’occasion les platines pour des back-to-back enflammés avec ses amitiés musicales comme Roman Flügel, Budino, Bufiman, Chloé, Zozo…
2021 s’annonce comme une année chargée avec la sortie de deux albums Lion’s Drums : Kagabas, qui combine compositions musicales de studio et enregistrements de chants et de sons recueillis dans un village Kagaba, dans la Sierra Nevada en Colombie, puis un second album sera bientôt annoncé chez Cocktail d’Amore.

AVEC


Harold Boué

direction musicale et composition

Màma Jose Miguel Nuevita, et son fils Camilo

chants

Floriane Ollier

conception graphique et vidéo

Freddy Peretti

création lumière

Sebastien Desprez, Julien Gathy

management

Vincent Lopez, Raphaël Bescou

lumières

Lambert Sylvain

régie son

En Savoir +

> Lion's Drums
Co-production

GMEM, Cabaret Aléatoire
Remerciements

Franz K. Florez de Nativa.org