GMEM Marseille

29 mars — 3 avr. 2021

RÉSIDENCE ARTISTIQUE

Quatuor Tana

Créations en partage

Quatuor Tana — GMEM Marseille
© Quatuor Tana

Résidence de l’ensemble Quatuor Tana sur le département des Bouches-du-Rhône

Un plan de relance pour sauver la création musicale et ses acteurs

Suite à l’année 2020 marquée par une pandémie inédite qui aura mis à terre les acteurs les plus fragile de la création musicale, le GMEM a décidé de construire un projet en partage avec l’un des ensembles les plus touché par cette situation singulière, le Quatuor Tana

Pourquoi le Quatuor Tana ?

Parmi les nombreux ensembles musicaux professionnels existant sur le territoire français, le Quatuor Tana est l’un des plus qualitatifs. Ils ont depuis longtemps développé une capacité à cumuler un haut niveau de jeu, tout en étant généreux dans le fait de partager leur passion pour la musique de création. Leur engagement sans autre statut que celui de musiciens et musiciennes – ils dépendent tous les quatre de l’activité du quatuor – les met dans une position de fragilité extrême. La forme de quatuor sera complémentaire à l’Ensemble CBarré, associé au GMEM depuis huit ans.
Le GMEM a créé depuis de nombreuses années une relation de confiance et d’estime avec les membres du Quatuor Tana : depuis leur débuts professionnels en 2011 au Festival d’Aix-en-Provence, puis à travers leur présence régulière au festival Les Musiques, et plus récemment avec l’Université d’été « Arco » qu’organise depuis deux ans en juillet le GMEM avec l’Université de Salzbourg (Autriche).

Quels sont les objectifs principaux de ce projet et quels en sont les buts ?

Il ne s’agit pas de créer un épiphénomène à l’activité du GMEM mais de co-construire, grâce à l’expérience et la générosité du Quatuor Tana, un projet d’irrigation de la création musicale sur le territoire des Bouches-du-Rhône. Nous profiterons du réseau créé par le GMEM avec les conservatoires – entre autres ceux touchés par le projet Pétrole – pour tisser un premier cadre d’intervention qui s’étendra ensuite à l’ensemble de partenaires et d’individus qui souhaiteraient participer à notre projet.

Si les combinaisons seront à géométries variables, il s’agit de mettre en relation les missions qui sont les nôtres :

La création, en passant des commandes de plusieurs types à des compositrices, compositeurs ou artistes sonore. Commandes pédagogiques pour élèves et amateurs, pièces instrumentales pour quatuor, quatuor augmenté (avec l’Ensemble C Barré), pour quatuor et électronique, et pour forme improbable qui, tout au long de notre expérience, serviront de bases de partage avec les participants. Les compositeurs seront sollicités pour venir expliquer ou animer des ateliers tout en écrivant leur œuvre. Cet axe de création sera marqué du sceau de la fidélité envers les compositeurs compagnons de route du GMEM et de Tana, mais également par l’idée de se réinventer, de découvrir sans à priori de nouvelles écritures, de nouvelles formes d’expressions novatrices, de créer des formes originales de concerts.

La diffusion comprendra de nombreuses propositions visant à interroger la forme du concert telle que nous le connaissons à priori : concert invité chez des particuliers, performance en grande surface, impromptu sur les quais d’un port, autant que des concerts classiques lorsque sa pertinence le demandera. Ces chemins de traverses seront des formes de partages, toujours à interroger et à inventer, avec une ouverture à tous les habitants. Le contenu sera adapté et médiatisé du fait d’une manière active et pédagogique de présenter les œuvres et leur processus d’écriture. Il s’agit de tisser une relation avec le territoire et de créer une relation qui vise à inscrire un langage commun, essence de nouveaux langages.

La transmission sera l’axe principal de notre programme, qu’il s’agisse d’un concert ou d’un atelier, d’une masterclass ou d’un happening, la réflexion sur l’adéquation entre le public convié, le lieu et la proposition musicale sera toujours interrogée. Les outils particuliers au service de la transmission seront :

L’atelier de pratique de la création musicale pour tous avec les compositrices et compositeurs, proposant la découverte et l’appréhension d’une musique de création, avec son auteur, et dont le Quatuor Tana en produira des moments précieux. La Masterclass avec le Quatuor Tana permettra d’enseigner le savoir aux jeunes générations d’interprètes, de les guider dans leur apprentissage de l’instrument et de la musique d’ensemble. L’action « l’orchestre d’un jour » (projet particulier de Tana) permettra aux participants inscrits de découvrir et de pratiquer la création musicale en une journée. En s’appuyant sur un groupe hétéroclite, le Quatuor accompagnera les participants en partant de l’idée musicale vers son écriture, puis jusqu’a son jeu (voir en annexe) et cela en une succession d’ateliers en une journée.

Un des buts de ces ateliers sera d’éditer un abécédaire vidéo des techniques nouvelles et particulières des modes de jeux sur les instruments à cordes. Les jeunes interprètes seront au cœur de ce projet. Ils deviendront leur propres « exemples » en ce que le Quatuor Tana imagine une diffusion horizontale de ce savoir repris par la jeune génération (essayer, comprendre, pratiquer, enregistrer). Plus qu’un apprentissage vertical (regarder, copier) qui serait moins interactif, et moins valorisant pour ces jeunes musiciens, le Quatuor Tana évoque un véritable partage de la connaissance.

En s’engageant à long terme sur un accueil du Quatuor Tana, le GMEM cherche à partager une expérience qui sera évolutive et modulable. Nous voulons partager la création musicale avec des habitants, ses expériences, ses jeux, ses chemins impossibles et troubles, ses processus d’écriture ou d’improvisation, afin d’en faire naître une création de nouveaux langages. Comment serait-il possible de mettre en œuvre une complicité sur les enjeux des nouvelles écritures si nous ne l’imposons pas au cœur de la construction du projet ? Ce partage de la création est en prémices à l’élaboration du projet entre le Quatuor Tana et le GMEM. En partant chacun de nos constats, de nos expériences, de nos vécus, nous chercherons à construire avec nos partenaires et les nombreux·se·s participant·e·s, des nouvelles formes d’écritures basées sur un cursus d’expériences et de développement théorique dans une proximité toujours exemplaire.

En plus des Conservatoires d’Aubagne, Gardanne, Aix-en-Provence, Salon-de-Provence, Istres, Martigues, Berres et Saint-Rémy-de-Provence, nous nous appuierons sur « la plateforme » du GMEM composée des deux écoles d’art d’Aix et de Marseille, de l’Université Aix/Marseille, de la Cité de la Musique de Marseille et du Conservatoire National à Rayonnement Régional de Marseille pour rendre encore plus proche et adaptable les propositions d’interventions.

Les orientations esthétiques

Il s’agit là pour nous d’élargir nos champs esthétiques en favorisant des nouveaux projets qui intègrent des écritures nouvelles (graphiques, transmission orale…) des développements de lutheries intrumentales ou électroniques, des propositions originales de présentation au public (balade sonore, concert en situation, performance, installation…), en veillant à l’équilibre entre les intervenant·e·s artistiques.

Partenaires : L’ensemble des structures culturelles, les établissements d’enseignements spécialisés des arts et de la musique (Conservatoires), les établissements d’éducation, le secteur privé et toute personne désireuse de partager un processus de création.

Périmètre : Le Département des Bouches-du-Rhône

Calendrier : Programme développé de 2021 à 2023

Quatuor Tana

Depuis 2010, le Quatuor TANA se plaît à conjuguer leurs partitions à tous les temps. Animé par l’envie de créer, TANA associe les esthétiques, les décloisonne, les confronte, les compare, réinventant le lien entre passé et futur, forgeant sa propre tradition. Le quatuor honore plusieurs commandes par saison, se produit dans les salles les plus célèbres – de la Philharmonie de Paris au Palau de la Musica à Barcelone, en passant par la Villa Médicis à Rome ou encore le Konzerthaus de Vienne – et a remporté de nombreux prix prestigieux : 1er Lauréat HSBC de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros, Prix Fuga, les Octaves de la musique.

Créer & expérimenter

Acteur reconnu de la musique contemporaine, le Quatuor TANA travaille en étroite collaboration avec des compositeurs du monde entier, ayant créé plus de 250 œuvres, notamment celles d’Ivan Fedele, Philippe Hurel, Hèctor Parra, et tant d’autres. Le quatuor a contribué à l’essor du mouvement de la saturation en collaboration avec Franck Bedrossian, Raphaël Cendo, et Yann Robin, dont les œuvres apparaissent sur l’album Shadows. Sa discographie comprend douze albums, notamment l’intégrale des quatuors à cordes de Philip Glass (CHOC Classica 2018) et dernièrement Bleu Ébène, comprenant l’ensemble des quatuors à cordes du compositeur David Achenberg.

Le Quatuor TANA s’est également tourné vers la recherche musicale, devenant le partenaire privilégié de plusieurs centres de création nationaux tels Ircam, GMEM, Grame, Art Zoyd, et le Centre Henri Pousseur. En 2015, le quatuor crée ses propres instruments électroacoustiques, les TanaInstruments. TANA signe alors avec le compositeur Juan Gonzalo Arroyo la première pièce pour TanaInstruments, Smaqra, composition qui en appelait d’autres réunies sur le disque VOLTS, marquant “un jalon dans l’histoire du genre quatuor” (classiquenews.com).

Transmettre & partager

Cette envie d’explorer a progressivement poussé le quatuor vers l’enseignement et la transmission de leur savoir musical. Invité régulier d’institutions telles le Conservatoire National Supérieur de Paris, l’Université de Californie à Berkeley, et le Conservatoire de Shanghai, TANA crée en 2018 une académie d’été, ARCO (en partenariat avec le Mozarteum Salzbourg, le GMEM, les ensembles Multilatérale et Métaboles), centrée sur la création musicale et destinée aux plus jeunes talents.

Afin de partager plus largement encore ses projets, le quatuor sort volontiers du circuit habituel des concerts grâce à des projets originaux et participatifs. Dans ce cadre, soutenu par la DRAC Hauts-de-France, sont nés leurs projets de diffusion sociale, qui emmènent TANA dans des cités, supermarchés, EPHADS, et hôpitaux pour apporter la musique d’aujourd’hui à toutes et tous de manière didactique et détendue.

AVEC


Antoine Maisonhaute

violoniste et fondateur

Ivan Lebrun

violoniste

Julie Michael

altiste

Jeanne Maisonhaute

violoncelliste

Production

GMEM et Quatuor Tana
Soutiens

Ministère de la culture, Région Sud, Département des Bouches-du-Rhône, Centre National de la Musique, Sacem, Onda, Drac Hauts-de-France…