GMEM Marseille

20 sept. 2022 | 19h30
21 sept. 2022 | 21h
10 août 2022 | 01h

Paysage sonore et chorégraphie


Montévidéo
Centre de Créations Contemporaines

DEVENIR IMPERCEPTIBLE

Clément Vercelletto

DEVENIR IMPERCEPTIBLE — GMEM Marseille

Dans le cadre du Festival Actoral (du ven. 9 septembre au dim. 9 octobre 2022)

« Dans un environnement naturel comme reconstitué en diorama, une figure évolue, apprivoise ce territoire dominé par une parcelle oblongue de terre. À ses chevilles, des micro-contacts captent ses mouvements au ras du corps, et troublent notre perception de la distance, du geste. Autour d’elle, des instruments de facture inconnue sont disposés ça et là, éléments musicaux comme scénographiques – le plus distinct, un sommier d’orgue reconditionné, a été baptisé « engoulevent », comme l’oiseau. Le son, traité en direct, est également un terrain à arpenter : bruitisme, field recording, infrasons, signaux aïgus et autres micro-événements, composent une dramaturgie escarpée. La danse, quant à elle, est une somme d’expérimentations avec ce dispositif sonore, et peut prendre la forme d’un rituel comme d’une marche, générant chacun son propre espace sonore, à l’envie.

Fruit d’une collaboration entre l’interprète Pau Simon, le metteur en scène/artiste sonore Clément Vercelletto et la chorégraphe Madeleine Fournier, Devenir Imperceptible est un vœu d’abstraction radicale, d’avènement de formes pures, d’une ontologie du phénomène sur scène. Tout s’y manifeste dans l’infime, dans un climat nocturne, à la lisière des sens et des signes, en suivant un temps bien à soi. C’est, enfin, le prolongement d’un travail patient visant à éprouver les possibilités du sonore quand celui-ci est constitué catalyseur scénique, et non plus simple accessoire dans l’instrumentarium théâtral. » — Actoral

DURÉE


1h

AVEC


Clément Vercelletto

mise en scène et musique

Pau Simon

interprétation

Bastien Mignot

scénographie

Florian Leduc

lumières

Valentine Solé

conseil costume

Madeleine Fournier

regard extérieur

EN SAVOIR +

> Actoral

> Madeleine Fournier

Production :
Les Sciences Naturelles

Coproduction :
Scène Nationale d'Orléans, CCN Caen, Les SUBS Lyon, Festival MUSICA Strasbourg, La Muse En Circuit CNCM Alfortville, La Soufflerie Rezé, Le GRAME CNCM Lyon

Accueil studio et soutien :
Les Instants Chavirés, BUDA Kunstencentrum

Création :
festival Musica octobre 2021

Clément Vercelletto

Clément Vercelletto est né en 1981 à Lyon. Il mène conjointement un double parcours de musicien et de metteur en scène. Sa démarche artistique tend à trouver les points de friction et de clareté entre ces deux pratiques. Ou comment le sonore devient postulat, un vecteur pour activer le corps et la voix des interprètes sur scène.
Il se forme à l’ENM de Villeurbanne (percussions), au CRR de Lyon (composition electroacoustique) ainsi qu’à l’IGTS (technique du spectacle option son).
Il collabore en tant que musicien / compositeur / performeur pour les metteurs en scènes et chorégraphes : Marion Aeschlimann, Matthieu Cruciani, Malika Djardi, Léa Drouet, Madeleine Fournier, Yves Noël Genod, Bastien Mignot, Sylvie Mongin Algan, Léna Paugam…
Depuis 2011 il intervient à l’ENSAV Lacambre à Bruxelles sous forme de workshops donnant lieu à des performances. Certaines performances seront reprises dans d’autres contextes notamment TAPE ENSEMBLE jouée en septembre 2016 au Palais de Tokyo.
Il joue dans les groupes de musique KAUWALD (avec Ernest Bergez), ORGUE AGNES (avec Elg et Ernest Bergez), ARLT (avec Sing Sing, Eloïse Decaze, Mocke), LUXUS (avec Sebastien Brun et Julien Desprez) ainsi qu’en solo sous le nom de SARAH TERRAL.
Depuis 2014, il met en scène ses propres projets et crée la structure qu’il co-dirige avec Bastien Mignot : Les Sciences Naturelles.
La mélodie des choses son premier spectacle a été créé en juin 2018 aux Subsistances à Lyon puis au festival Actoral à Marseille ainsi qu’au festival Artdanthé à Vanves.
Silence Provisoire sa dernière performance a été jouée à l’Usine C à Montréal en novembre dernier dans le cadre du festival Actoral Montréal.
Cette année il est notamment interprète dans COCO, pièce de Julien Desprez créée dans le cadre du festival Musica à Strasbourg.
À partir de la saison prochaine et pour deux ans, il sera artiste associé à La Soufflerie à Rezé (direction Cyril Jollard).

Pau Simon

Sa pratique chorégraphique est marquée par une recherche transdisciplinaire (danse, arts visuels, sciences sociales) où la danse se pose comme vecteur autour d’un sujet ou d’un contexte et crée des liens entre l’intime et le politique. Son travail outrepasse une disciple purement chorégraphique et propose des angles de regard sur le réel.
Formée à la danse contemporaine à Lyon au CNR, puis au Conservatoire supérieur de Danse à Paris, CNSMDP dans le cursus contemporain, Pau suit également des workshops auprès d’artistes et de théoriciens comme Odile Duboc, Loïc Touzé et Mathieu Bouvier, Fanny de Chaillé, Elizabeth Lebovici, La Ribot, Vincent Dupont, Boris Charmatz, Jennifer Lacey. Elle obtient son DE au CND de Pantin, intervient en écoles d’art pour partager sa recherche ou proposer des chantiers d’exploration, et assiste ou collabore aux projets de Volmir Cordeiro, Eric Mihn Cuong, Duncan Evennou. Interprète auprès de chorégraphes comme Joanne Leighton, Nina Santes, Mickaël Phelippeau, ainsi que dans ses propres projets, Pau s’associe à des collaborations auprès de musiciens/performers comme Julien Desprez, Ernest Bergez, des artistes visuels comme Ulla von Brandenburg, Corine Petitpierre et Yvan Clédat, Alex Cechetti, ou de théâtre contemporain comme Duncan Evennou.
Depuis la création de l’association Suprabénigne en 2013, elle a créé Exploit, premier prix et prix du public du concours Danse Elargie au Théâtre de la Ville, Sérendipité à la Cité internationale, Perlaborer pour les sujets à vifs à Avignon avec Vincent Dissez, Postérieurs, à la Ménagerie de Verre, Mutant Stage, commande vidéo danse pour Lafayette Anticipation en collaboration avec Volmir Cordeiro, Pendullum, pour l’exposition Museum ON/ OFF Centre Pompidou, Per Que Torçut Dansan Lo Monde au Silencio en collaboration avec Ernest Bergez, Lo-fi dance, création au CDC le Pacifique, Grenoble.
Elle travaille actuellement sur The great hold up! création 2021.

Bastien Mignot

Né au début des années 80 à Paris.
Il fut formé au théâtre à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique Pierre Debauche au début des années 2000. Après avoir été acteur quelques années il se rapproche de la performance et de la danse contemporaine.
C’est là qu’il rencontre Yves-Noël Genod et Massimo Furlan et qu’il entame son propre travail à la fois scénique et plastique.
Il collabore notamment avec le photographe Grégoire Edouard et le musicien Clément Vercelletto.
C’est avec ce dernier qu’il fonde l’association Les Sciences Naturelles. Entité dans laquelle ils choisissent de mettre ensemble ce qu’ils font chacun et aussi ce qu’ils font ensemble.
En 2013 il intègre le master de recherche ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montepellier sous la direction de Mathilde Monnier.
Comme interprète il travaille auprès de Clément Vercelletto, Ingrid Berger Myhre et Léa Drouet.
On pourrait dire de son travail artistique qu’il consiste en des réinventions de rituels. Que c’est un travail protéiforme et sensible où se rencontrent des inspirations et des obsessions multiples volontairement non hiérarchisées.
Les mondes invisibles, la ruine, le paysage et la disparition en sont les principaux champs d’exploration.

Florian Leduc

Florian Leduc est diplômé de la Villa Arson Nice, Ecole Supérieure d’Art où il pratique la performance, la vidéo et l’installation.
Depuis 2010 avec Marion Duval avec qui il créera Las Vanistas, Médecine générale et Clap trap. Il est assistant de l’artiste belge Erik Duyckaerts en 2010, et collabore avec Joris Lacoste depuis 2005 notamment pour la pièce Le vrai spectacle au Festival d’automne 2012 et pour créer les lumières, la scénographie et la vidéo des pièces Suites N°1, Suite N°2 et Suite N°3 au Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles et Festival d’automne à Paris.
Il collabore également avec des metteurs en scène et chorégraphes tel que Paul/a Pi, Emilie Rousset, Pau Simon, Yan Duyvendack, Céline Cartillier, Aurélien Patouillard, Thomas Gonzales, Claire Dessimoz, Adina Secretan, Malika Djardi, Camille Cau, Beppe Chicco et Barbara Matijevic.

Madeleine Fournier

Madeleine Fournier s’est formée à la danse au CNR de Paris et au CNDC d’Angers sous la direction d’Emmanuelle Huynh.
Depuis 2007, elle a collaboré avec de nombreux chorégraphes et artistes visuels en France, en Allemagne, en Belgique et au Portugal dont Odile Duboc, Emmanuelle Huynh, Fabrice Lambert, Sara Manente, Boris Achour, Fanny de Chaillé et Philippe Ramette, Loïc Touzé, Jocelyn Cottencin, Rémy Héritier, David Marques, Léa Drouet et Andrea Baglione.
Depuis 2008 elle a collaboré avec Jonas Chéreau dans un travail de recherche chorégraphique. Ensemble ils ont créé une série de pièces : Les interprètes ne sont pas à la hauteur, Sexe symbole (pour approfondir le sens du terme), Sous-titre et Partout. Ils sont aussi à l’origine d’un film 306 Manon réalisé par Tamara Seilman.
En 2017 elle fonde sa compagnie ODETTA et en 2018 elle crée le solo Labourer présenté en France, en Belgique, en Suisse et en Autriche. Elle a créé cette même année une forme à la fois chantée et dansée en collaboration avec Catherine Hershey intitulée Catherine und Madeleine : Zwei Palmitos. Cette forme se joue dans divers contextes plus ou moins alternatifs. En 2019 elle créé Ce Jardin dans le cadre du programme Vive le Sujet! de la SACD au Festival d’Avignon, conçu et interprété en collaboration avec Ina Mihalache, connue pour sa chaîne Youtube Solange te parle.
En 2021, elle créé La Chaleur, une comédie musicale expérimentale pour cinq interprètes à partir de chants en chœur de Henry Purcell. Elle réalise parallèlement à cette pièce un film en collaboration avec Andrea Baglione Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.
Son travail se développe en lien étroit avec la musique expérimentale, le chant, la danse, la performance et le végétal ce qui l’invite à collaborer avec des artistes de différentes disciplines (musicien.nes, chanteur.euses, danseur.euse, paysagistes, artistes visuels…). Elle aime observer comment le contexte : le jardin, le théâtre, la salle de concert, la galerie, le cinéma, et les codes qui y sont associés agissent et font résonner autrement la forme performative.

LIEU

Montévidéo

Centre de Créations Contemporaines 3, impasse Montévidéo
13006 Marseille


ACCÈS

Métro : Ligne 1 arrêt Estrangin-Préfecture (15 minutes)
Tramway : Ligne 3 arrêt Rome-Dragon (10 minutes)
Parking : Breteuil