GMEM Marseille

jeu. 24 mars 2022
21h

Installation performative


Centre d’art contemporain Passerelle (29)

Paysage de propagations #2.2

Christian Sebille

Paysage de propagations #2.2 — GMEM Marseille

Paysage #2.2 Performance / installation
dans le cadre du festival Electrocution (Festival recherches sonores et écritures musicales) organisé par l’Ensemble Sillages

Après une recherche sur les pièces en verre et leur signature acoustique – vasques, cives, bols, soucoupes… –  Christian Sebille a développé une série d’installations et de performances, issues de l’idée principale de la transmission des vibrations. Dans cette exploration, le verre est en même temps instruments producteurs de vibrations et diffuseurs des sons transformés.
Chaque forme soufflée est unique et porte son onde sonore singulière, à l’image du souffle qui leur a donné forme. Ainsi, elles participent à la constitution d’un paysage imaginaire.

Pour cette performance particulière, Philippe Foch se confronte avec des mécaniques qui viennent percuter ou frotter les pièces simultanément. Cette joute entre l’humain et la machine est accompagnée des transformations en temps réel diffusées par les grandes vasques de verre.
D’une improvisation acoustique, le public assiste à un parcours inouï qui le mènera à une absence de l’humain, une mécanique réveillée et autonome.

De l’indéterminé au déterminé
Le déroulement de la performance commence par une improvisation acoustique sur l’instrumentarium de verre et se dirige peu à peu vers une installation mécanique totalement déterminée par l’écriture. Le jeu du percussionniste s’organise alors peu à peu grâce à l’insertion de modèles rythmiques composés et joués par les percuteurs pilotés par l’ordinateur. Les réponses aux modèles rythmiques laissent place à des formules de plus en plus complexes.

De l’improvisation à l’écriture
Cette pièce passe d’un état improvisé à un état totalement écrit.

De la présence humaine à la mécanique
La performance commence par une phase entièrement instrumentale pour aboutir à une installation mécanique et électroacoustique. En s’effaçant peu à peu à la fin de la représentation, Philippe Foch laisse les traces de son exécution résonner.

De l’acoustique à l’électroacoustique
L’état de la production sonore s’enrichit de la présence de la transformation électroacoustique, passant d’une musique instrumentale à un dispositif autonome et asservi.

C’est une métamorphose progressive durant laquelle s’enchevêtre ces quatre concepts pour créer une évolution complexe d’un état de production musicale joué par l’humain à un état mécanique.

TARIF


5€

DURÉE


1h environ

AVEC


Christian Sebille

conception et composition

Philippe Foch

percussionniste

Équipe du Cirva

production et réalisation verre

Benoit Fremaux

constructeur

Damien Ripoll

ingénieur son

EN SAVOIR +

> festival Electrocution

Production déléguée : GMEM – Centre national de création musicale et Cirva (Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques)

Partenariat : Saint-Ex, Culture Numérique (Reims)

Lauréat du dispositif pour la création artistique multimédia et numérique (DICRéAM)

Développement des dispositifs mécaniques et informatiques : collectif Sonopopée

Remerciements : Reso-nance & Fablab LFO

LIEU

Centre d’art contemporain Passerelle (29)
41, rue Charles Berthelot
29200 Brest