GMEM Marseille

25 — 31 mai 2021

RÉSIDENCE ARTISTIQUE

Wu Wei, Alexis Baskind

Forêt de bambous

Wu Wei, Alexis Baskind — GMEM Marseille
© Sanne Donders

Instrument riche d’une longue histoire, l’orgue à bouche incarne l’harmonie entre le ciel, la terre et les hommes. Son répertoire se partage entre la tradition (depuis la musique de la Cours Impériale – Gagaku), le « classique » (pièces écrites après 1956 en Chine pour les orgues à bouche rénovées) et le contemporain (créé à partir de la fin des années soixante-dix). Toutefois, pour la grande majorité des productions de studio ou de concert, le sheng (comme la plupart des instruments) est habituellement présenté comme un objet sonore extérieur à l’auditeur, c’est-à-dire une source sonore, typiquement positionnée à l’avant, avec une largeur et une distance donnée, placée dans un espace réel ou virtuel. L’initiative d’explorer et présenter le sheng d’une manière inédite, « une forêt de tuyaux: le sheng à 37 tuyaux présenté de l’intérieur », né de la recherche empirique entre Wu Wei et Alexis Baskind, consiste à proposer un renversement de perspective. Il s’agit de développer des méthodes pour placer l’auditeur métaphoriquement à l’intérieur du sheng, entouré par les tuyaux, de manière similaire à l’image de la « forêt de tuyaux » utilisée parfois pour l’orgue d’église. Cette idée, qui pour l’orgue peut être techniquement plus facile (quoique toujours complexe) à mettre en œuvre, pose pour le sheng des difficultés non négligeables en raison de la taille de l’instrument et du rayonnement des tuyaux (pour la plupart dirigés vers l’extérieur). Il s’agit donc de rechercher des méthodes alternatives de conception du système microphonique pour surmonter cet obstacle.

Afin de créer l’environnement sonore de la « forêt de bambous » dont l’idée et l’expérience d’écoute sont totalement inédites le compositeur et maître du sheng Wu Wei travaille en étroite collaboration avec l’ingénieur de son. En principe, ils explorent les méthodes et techniques d’amplification sur le sheng à 37 tuyaux équipé du résonateur partiel pour assurer la qualité d’amplification ainsi que pour équilibrer le volume et le timbre entre les différents registres et les différents tuyaux. Les résultats d’amplification testés à Berlin pendant la pandémie devraient être réalisés dans une vraie salle de concert. Dans un premier temps, la diffusion du son amplifié sera projetée à partir de 8-16 haut-parleurs.

La résidence au GMEM en mai 2021 et en janvier 2022 regroupera Wu Wei, André Serre-Milan (compositeur) et Caty Olive (création lumière) pour une collaboration artistique qui aboutira à un concert de création à la fin de janvier 2022. Ce concert proposera au public placé au centre du dispositif de haut-parleurs, une écoute équivalente à celle perçue par l’interprète. Nous présenterons la recherche de Pierre Couprie (professeur au CHCSC, Université Paris-Saclay) sur la représentation graphique de l’audio spatialisé qui aidera les compositeurs et les musicologues à mieux comprendre les caractéristiques et les modes de jeux contemporains développés par Wu Wei. Cet outil pourra ensuite mieux être visualiser à travers la captation et opérer de meilleures observations pour les créations et les recherches futures.

Forêt de Bambous, se caractérise par deux créations (André Serre-Milan et Wu Wei), l’improvisation et des pièces classiques du sheng. Le programme de ce concert issu du fruit de ces recherches développées au GMEM sera ultérieurement en tournée en Allemagne en 2022-2023 après sa création en France.

Wu Wei

Le talent artistique du virtuose sheng Wu Wei, dépasse largement les limites traditionnelles de son instrument chinois fort d’une histoire de plus de 3000 ans et qui se prolonge encore au 21e siècle.
La sonorité radieuse et transparente de Wu Wei ainsi que les possibilités infinies qu’offre son instrument en termes de mélodie, d’harmonie, de rythme, de polyphonie l’ont amené à collaborer avec de nombreux artistes et ensembles, de chambre ou orchestraux, à improviser en concert solo ou avec de grands groupes de jazz, jouant de la musique électronique et participant à des spectacles de musique baroque.
Le désir de Wu Wei d’expérimenter de nouveaux sons et types d’expression musicale et sa capacité extraordinaire à créer un monde individuel à partir de chaque performance se reflètent dans ses collaborations avec des compositeurs écrivant des concertos pour sheng et orchestre spécialement pour lui : Unsuk Chin, Jukka Tiensuu, Ondrej Adamek, Enjott Schneider etc.
Il aime partager des programmes transculturels avec des instrumentistes du monde entier. Il est un partenaire idéal pour des projets interdisciplinaires impliquant la littérature, la danse, le théâtre, l’architecture….

Alexis Baskind

Alexis Baskind est musicien, ingénieur du son et réalisateur en informatique musicale. Formé à la prise de son dans la classe de Benoit Fabre au Conservatoire National de Région d’Aubervilliers/la-Courneuve, il suit parallèlement des études scientifiques et techniques (ingénierie électrique, traitement de signal, mathématiques appliquées), et entre en 1999 à l’Ircam où il mène des recherches en acoustique des salles ponctuées par un doctorat en 2003.
Il collabore depuis avec de nombreux compositeurs, musiciens et structures de production, dont l’Ircam, le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, la Campagnie des Musiques à Ouïr et le centre international de recherche musicale (Nice). Il a entre autres travaillé aux côtés des compositeurs (Philippe Leroux, Beat Furrer, Hanspeter Kyburz, Héctor Parra, Rebecca Saunders…) et du metteur en scène Jean-François Peyret, dans le cadre de productions studio et de créations de danse, théâtre et musique mêlant l’électroacoustique à un instrumentarium traditionnel.
Il collabore régulièrement sur des projets artistiques et techniques nécessitant le développement de solutions spécifiques de traitement et design sonore, et d’interfaçage avec des technologies de captation gestuelle ou visuelle.

André Serre-Milan

« La vie est de brûler des questions.Je ne conçois pas d’oeuvre comme détachée de la vie. »Antonin Artaud in L’Ombilic des limbes, 1925.

Comme toute fenêtre ouverte sur l’extérieur, plus on s’en approche et plus l’espace qu’elle dévoile s’élargit. Par cette attitude, les compositions d’André Serre-Milan l’amènent à dialoguer avec d’autres cultures et formes d’expression pour la réalisation de concerts, spectacles musicaux, de danse, de théâtre, spectacles multimédias, installations, réalisation de disques et films. Les nouvelles technologies, ainsi que la conception d’installations ou nouveaux dispositifs de jeux instrumentaux font partie de son instrumentation, au même titre que la lutherie traditionnelle.
Sélections d’un parcours : Prix de composition instrumentale, électronique et informatique musicale du CNSMD de Lyon dans la classe de Philippe Manoury, il écrit des œuvres pour le concert, conçoit des spectacles multimédia, des installations, collabore avec chorégraphes, metteurs en scène, auteurs, réalisateurs, plasticiens.
Responsable du département composition du Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims Collaborateur avec les studios ART ZOYD 3 depuis 2003, avec Césaré CNCM depuis 2017.

Caty Olive

Diplômée en scénographie à l’ ENSAD de Paris, Caty Olive réalise des espaces lumineux.
Elle collabore à des projets chorégraphiques et performatifs de la scène contemporaine et a travaillé notamment : Myriam Gourfink, Emmanuelle Huynh, Claudia Triozzi, Vera Mantero, Cindy Van Acker, Tiago Guedes, David Wampach, Donata D’Urso, Joris Lacoste, Cindy Van Acker, Sandrine Anglade, Yoann Bourgeois, Blanca Li, Alexandra Waiersall, et de façon plus privilégiée avec Christian Rizzo.
Elle partage ses activités entre l’architecture, les expositions, les installations visuelles, les spectacles musicaux ou chorégraphiques et les opéras, intervient aussi ponctuellement auprès d’écoles d’arts.
À travers ces différentes activités transversales, elle privilégie les expériences et les rencontres artistiques, mais aussi la diversité des moyens d’expression utilisés, et des technologies artistiquement exploitables. Le fil conducteur tout au long de ses réalisations demeure son intérêt pour l’instabilité et les altérations de la lumière, fil sans cesse tiré, d’une réalisation à une autre, une recherche qui ouvre des univers renouvelés.

AVEC


Wu Wei

maître du sheng, orgue à bouche

Alexis Baskind

ingénieur de son, RIM et chercheur

André Serre-Milan

compositeur

Caty Olive

créatrice de lumière

Production

TPMC - Tout Pour la Musique Contemporaine
Coproduction

GMEM
Soutiens

Ircam, Drac Île-de France, IReMus, CNRS, LAM, Collegium Musicæ, Césaré CNCM - Reims, SACEM, CHCSC — Université Paris-Saclay