GMEM Marseille

15 fév. — 5 mars 2021

RÉSIDENCE ARTISTIQUE

Myriam Pruvot

Lauréat Phonurgia Nova Awards

Myriam Pruvot — GMEM Marseille
© Julie Calbert
Myriam Pruvot — GMEM Marseille
© Julie Calbert

Résidence de création
Prix GMEM de la 25ème édition du Phonurgia Nova Awards
En savoir +

La lumière a momentanément disparu et avec elle couleurs et contours. Dans l’obscurité, seuls les sons subsistent. Depuis une cavité, cinq voix psalmodient un code érodé. […] Dans ce code logent cinq formules chantées, qui une fois entonnées font surgir des lieux et des temps. Toutes contiennent les traces d’une unique ritournelle, un chant de consolation dont on ignore si il nous parvient des temps anciens, présents ou futurs. 

Un opéra modeste (titre provisoire) est une fiction musicale hybride pour plateau et radio où s’entremêlent littérature, chant, musique expérimentale et installation sonore. Public et interprètes y éprouvent une même expérience cognitive : la disparition du voir. Cette infirmité est au centre de son récit. En cinq actes chantés qui oscillent entre abstraction et chanson, se dévoile une énigme originelle : où sont les choses devenues ? Aux instances narratives s’ajoute une autre « voix », celle du paysage, pour élargir cette notion de peuple et d’orchestre à toutes les entités présentes. L’œuvre s’émancipe des contraintes et traditions du genre pour en proposer une version au lyrisme « dégrisé » et place ses interprètes et sa narration en dialogue avec les formes discrètes d’existence.

Il s’agira durant cette résidence de création d’enquêter sur le terme « mineur » en tant que mode musical, adjectif ou position sociale, de constituer une phonographie de paysages puis de poursuivre l’écriture et l’interprétation de la partition radiophonique en enchevêtrant les différents registres qui la composent : chant choral, storytelling, poésie sonore, field recording. Un opéra modeste s’inscrit dans la continuité des recherches de Myriam Pruvot sur le langage, le récit chanté, l’archéologie sonore, les visions prophétiques et l’incidence des lieux.

Tournée prévue au Festival Archipel à Genève, à La Pop à Paris, à La Soufflerie à Rézé et aux Halles de Schaerbeek.

Myriam Pruvot

Myriam Pruvot est artiste, musicienne et chercheuse. Si sa démarche emprunte de nombreux supports – installation, performance, art sonore, improvisation, poésie et composition musicale – elle est néanmoins toujours innervée par la question du chant, du langage et des lieux. Elle s’intéresse plus particulièrement aux dimensions politiques, poétiques et philosophiques de ces objets. Cette circulation entre les positions d’émettrice et de réceptrice l’a conduite à mener une réflexion tout à la fois sonique et féministe sur nos occupations et nos expressions sonores. À emprunter la parabole radiophonique comme geste artistique et position politique. Diplômée des Beaux Arts, elle s’est parallèlement formée à l’improvisation, aux techniques vocales et à la création sonore. Elle a collaboré, en tant qu’interprète et collaboratrice à de nombreux projets radiophoniques, musicaux et chorégraphiques auprès d’artistes comme Alessandro Bosetti, Anne-Laure Pigache, Yasmina Reggad, Sylvain Chauveau, Myriam Van Imshoot, Céline Cartillier, Mathias Varenne, les collectifs Groupenfonction et Désorceler la finance, le ballet national chilien El Banch en Europe et au delà. En 2015 elle rejoint Prototype II, un programme de recherche en composition chorégraphique à l’Abbaye de Royaumont intitulé « La présence vocale dans la partition chorégraphique« , en tant que compositrice. Elle y ancre son approche voix/geste et créer la performance puis création radiophonique La parole chanceuse. En 2018 elle est invitée par les Halles de Schaerbeek à séjourner au Maroc et réalise une installation Safar et un documentaire de création Je parle toutes les langues, mais en arabe. En 2019 elle est lauréate d’une résidence à l’ISELP à Bruxelles pour poursuivre ses recherches sur le chant et l’oralité et y conçoit une publication Singing Archives, une performance Engrammer et une installation performative 3 x Tirésia. Elle développe lors d’ateliers ses propres outils de transmission et conduit un module en création sonore et musique expérimentale avec Céline Gillain à l’Académie de La Cambre. Son travail a été montré lors des festivals Ecos à Lisbonne, Monophonic et Ars Musica à Bruxelles, RE:FLUX au Québec et plus récemment durant les expositions Vision aux Halles de Schaerbeek et Babel à l’ISELP ainsi qu’aux rencontres Les yeux grands fermés à Genève. Ses dernières collaborations ont été jouées au Kunstenfestivaldesarts et au cinéma Galerie à Bruxelles. Elle travaille actuellement à un opéra de chambre radiophonique pour le festival Archipel Genève et entamera sa première collaboration avec l’ensemble ICTUS lors d’Europalia à l’automne 2021.

AVEC


Myriam Pruvot

conception, texte et composition

Valérie Leclercq, Sylvain Chauveau

collaboration à la composition

Estelle Saignes Tilbury

collaboration aux textes et à la traduction

Myriam Van Imshoot, Yasmina Reggad

conseil dramaturgique

Ellen Giacone, Valérie Leclercq, Estelle Saignes Tilbury, Myriam Pruvot, Jean-Baptiste Veyret Logérias

interprétation

production déléguée

Halles de Schaerbeek
co-production

Festival Archipel Genève, La Soufflerie, scène conventionnée de Rézé, Fond d'Aide à la Création Radiophonique, Fédération Wallonie Bruxelles
soutien

GMEM, Atelier de Création Sonore Radiophonique, GMEA-centre national de création musicale d’Albi-Tarn, La Pop, Théâtre de Vanves et Danse Dense dans le cadre de la Journée de Repérage Artistique 2020
Résidences

Kustencentrum BUDA, Pianofabriek, Maisons des Musiques