creation

Œuvre pour 6 voix (soprano colorature, soprano lyrique, mezzo-soprano, ténor, baryton, basse), 10 instrumentistes (clarinette, saxophone, trompette, accordéon, mandoline, guitare, harpe, percussions, violoncelle, contrebasse) et électronique.
Durée : 1h15.

Dans le travail pour ensemble éléctrifié Five Songs (Kafka’s sirens) écrite en 2017 pour l’Ensemble C Barré, le titre fait allusion – mais il ne s’agit pas d’une réference litterale – au récit de Franz Kafka Le silence des sirènes. En réalité le récit de Kafka ne veut pas tellement raconter une histoire alternative (qui dirait que les sirènes ne chantèrent pas) mais plutôt suggérer un paradoxe, insinuer un doute de perspective.

C’est plutôt à cela – à une possible perspective paradoxale – que le titre fait allusion. Il s’agit d’une forme articulée en cinq « chansons » instrumentales où la question poétique qui s’était imposée était la suivante : qu’est-ce qu’il reste du chant quand la voix disparaît ?

Qu’est-ce que ça peut être l’essence du chant et comment peut-on percevoir le chant quand personne ne chante ? Cette présence du chant dans l’absence d’une voix qui chante était le moteur de la recherche sonore instrumentale, une sorte d’aporie que – tel que le paradoxe de Kafka – visait à repousser les limites du « visible » instrumental.

Cette première question appelle naturellement une question qui est en quelque sorte l’inverse : qu’est-ce que la voix sans le chant ? La voix pour sa pure présence, dépourvue de sa fonction orphique ? La voix comme corps instrumental, et comme corps tout court, la voix comme présence charnelle qui précède et dépasse la parole. Une sorte d’objet apotropaique dont on saurait sans le comprendre.

L’exploration de cette autre moitié de la question, a pousser à intégrer l’ensemble vocal Neue Vocalsolisten avec qui l’Ensemble C Barré est musicalement complice depuis quelques années, dans ce voyage musical, qui se déroule entre ces deux extrêmes. L’extrême absence et l’extrême présence, le chant dans la voix et la voix sans le chant. Entre ces deux point focaux du paradoxe se situe peut-être ce qui attire tant Ulysse à s’approcher de sirènes.

Ce voyage est structuré en plusieurs moments qui explorent différents aspects de la voix en tant que corps, de la voix en tant que corps instrumental, de la voix en tant que chant, et de la voix qui, en incarnant la parole, la transforme, l’annulle et la dépasse, pour former une œuvre totale d’une durée de 1h15 environ.

Mentions
Biographie(s)
Songs and voices
C Barré, Neue Vocalsolisten
Résidence
Lun. 28 août —— Ven. 1 septembre 2023
Jeu. 19 —— Lun. 23 octobre 2023
Distribution

Sébastien Boin
direction artistique et musicale

Francesca Verunelli
musique

C Barré
ensemble instrumental, composé de :
Annelise Clément
clarinette
Joël Versavaud
saxophone
Matthias Champon
trompette
Elodie Soulard
accordéon
Claudio Bettinelli
percussions
Natalia Korsak
mandoline
Rémy Reber
guitare
Eva Debonne
harpe
Marine Rodallec
violoncelle
Charlotte Testu
contrebasse

Neue Vocalsolisten de Stuttgart
ensemble vocal, composé de :
Johanna Vargas
soprano colorature
Suzanne Leitz-Lorey
soprano lyrique
Truike van der Poel
mezzo-soprano
Martin Nagy
tenor
Guillermo Anzorena
baryton
Andreas Fischer
basse

Antonello Pocetti
scénographie

Luigi Zerillo
création lumières

Max Bruckert
coordination technique et technologique

Jean Millot
réalisation en informatique musicale

Philippe Boinon
régie son 

Bertrand Schacre
régie plateau

En tournée

EN 2023
27 octobre — Biennale de Venise (IT), création mondiale

EN 2024
26 mars — B!ME – Biennale des musiques exploratoires du GRAME, Lyon (69)
29 mars — Saison annuelle de l'Ircam-Centre Georges Pompidou, Paris (75)
4 Mai — Wittener Tage fur Neue Kammermusik, Witten, Allemagne (AL)
12 mai — Festival Propagations du GMEM, Marseille (13)
19 ou 20 juillet — festival Eclat de Stutgart (DE)

Liens utiles
Vous aimerez aussi...